Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France : la renationalisation et la scission avec KLM inévitables ?

Le groupe a besoin de fonds propres pour tenir. L’Etat pourrait nationaliser la compagnie pour sauver Air France. Au prix de son alliance avec KLM ?

Il y a quelques jours, le groupe Air France-KLM a présenté des résultats catastrophiques avec une perte nette de 1,6 milliard d’euros au troisième trimestre. Et la situation ne devrait pas s’arranger dans les mois à venir.

Comme à chaque fois qu’Air France KLM tremble, la question d’une nationalisation revient dans toutes les bouches. « La nationalisation d’Air France est une option technique », a confirmé il y a quelques jours le secrétaire d’Etat en charge des Transports, Jean-Baptiste Djebbari sur RTL. Pour rappel, 14% du capital de la compagnie appartiennent à l’État français.

Une chose est sûre, Air France aura  » besoin d’une recapitalisation »,  a indiqué au micro d’Europe 1 Anne Rigail, la directrice générale. « Compte tenu de nos faibles résultats, on voit qu’il va falloir renforcer notre bilan. Et ça passera par une recapitalisation » . « La structure du bilan » d’Air France est « tellement affaiblie qu’il faut injecter du capital ».

Tension entre les compagnies et les Etats

Les 7 milliards d’euros déjà allongés par l’Etat il y a quelques semaines pour soutenir la compagnie ne suffiront au groupe pour résister à cette crise d’une violence rare. « Les fonds propres doivent être renforcés. Il y a plusieurs scénarios à l’étude », a indiqué Martin Vial, patron de l’Agence des participations de l’Etat (APE).

Au Pays-Bas, quelques membres du Sénat souhaitent « que KLM redevienne indépendante ». Une proposition que n’écarte pas le ministre des Finances des Pays-Bas: « Tous les scénarios imaginables sont maintenant sur la table », selon-lui. Et au niveau géopolitique, cela ne va pas vraiment mieux. Les relations entre Paris et la Haye se sont de nouveau tendues, notamment en raison de divergences autour des stratégies et de la répartition du capital. Des désaccords qui, pour certains analystes, pourraient finir par aboutir à une scission. Le ministre des Finances des Pays-Bas a bien rappelé il y a un mois que la survie du groupe Air France-KLM n’était pas automatique.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique