Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : Mumtaz, président !

Retour sur ce dernier Forum du Seto tenu en fin de semaine dernière. Non seulement nos voyagistes sont motivés et prêts à cette reprise, mais en plus, à l’intérieur de ce Club, tout le monde est prêt à affronter l’avenir… à quelques exceptions près.

Première constatation, l’ensemble du Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto) semble de plus en plus uni, même si chaque membre est un concurrent vis-à-vis de son homologue. Peu importe, pour la profession, on parle d’une seule voix. Et pour une fois, je n’ai pas entendu de « récriminations » envers les distributeurs. Il faudra cependant qu’un jour prochain, les délais de règlements entre producteurs et distributeurs soient abordés de manière… concrète. Ce qui ne sera pas aisé, si je me souviens des débats passionnés et passionnants tenus lord du dernier forum, à Porto.

Deux ans déjà, comme le temps passe.

J’ai retenu et entendu avec une remarquable attention, les interventions de Bertrand Poey pour Amadeus, Christian Sabbagh, patron d’Orchestra, toujours aussi caustique et Henri Hourcade pour Air France. Un grand moment, qui me fait sourire. Qu’on le veuille ou non, la nouvelle norme NDC en est encore à ses prémices, même si Bertrand Poey préfère la qualifier de « période de transition ».

Dominique Gobert, éditorialiste

Après tout pourquoi pas, bien que je sois quasi certain que cette « innovation » est avant tout un prétexte financier, issu de la volonté farouche des compagnies aériennes sous l’égide de IATA.

Henri Hourcade (Air France), sans vouloir le reconnaître, reste ferme dans ses chaussures et ne souhaite pas revoir la position de sa compagnie concernant la surcharge de 13 euros par segment lors de réservations effectuées par GDS classique et non NDC. Ça fait cher la transition, ce que Laurent Abitbol (Marietton) faisait remarquer véhémentement !

Là aussi, va falloir peut-être accorder les violons, d’autant que, si j’ai tout compris, peu de compagnies aériennes utilisent pour le moment cette norme NDC.

En revanche, un grand bond en avant, simple et logique, de ce Seto qui met en place son fonds pour lutter contre le réchauffement climatique ! C’est Hervé Tilmont qui a expliqué le projet, adopté déjà lors du précédent congrès.

Ce projet sera mis en application par tous les membres du syndicat, sur la base du volontariat. Tout simple, chaque voyagiste facturera un euro pour chaque vol moyen ou long-courrier, ce qui permettrait de compenser l’émission carbone entre 20% et 6%. Départ de la collecte à la fin de cette année.

A condition toutefois que l’ensemble des professionnels soient d’accord, ce qui ne semble pas tout à fait évident. Pour René-Marc Chikli, président du Seto, il n’est pourtant pas question de revenir sur une décision prise il y a deux ans.

Enfin, et parce que nous sommes en période électorale, alors que l’APST va connaître le départ de sa présidente Alix Philipon (petit patapon), après une présidence largement brillante, le candidat de la profession est mon ami Paul Mumtaz Teker. Une candidature largement approuvée non seulement par l’ensemble des participants, mais également par Jean-Pierre Mas pour les EdV… et même par Laurent Abitbol.

Une candidature que, bien que tenu à un devoir de réserve, je soutiens largement !

Non, mais…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique