Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le plan social de TUI France en 5 dates

Avec 583 postes supprimés sur les 904 postes, c’est « le pire plan social de l’histoire » du voyagiste TUI France, selon les syndicats. Mais la messe n’est pas encore dite…

17 juin 2020 : le couperet tombe

Cela fait des mois que la rumeur court : TUI France serait sur le point de mettre en place un nouveau plan social. Une menace que les salariés du voyagiste ont toujours connue, ou presque, depuis son installation sur le marché français. En effet, TUI France, malgré le rachat de marques prestigieuses (Nouvelles Frontières, Look Voyages, Marmara, …), patine et perd de l’argent. Cette fois-ci, la pandémie accélère un projet que tout le monde savait en sommeil. La direction de TUI France dévoile un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) dans lequel elle prévoit de supprimer jusqu’à 583 postes sur les 904 que compte l’entreprise, et justifie sa décision. La nouvelle fait l’effet d’une bombe au sein des équipes du tour-opérateur. Les représentants des salariés, eux, organisent la mobilisation.

29 juin 2020 : le CSE écrit au grand patron

Rapidement, le Conseil social et économique (CSE) de l’entreprise décide d’adresser une lettre ouverte à Elie Bruyninckx, le patron de TUI Western Region, dont dépend TUI France. Les représentants des salariés regrettent déjà qu’un « dialogue serein et constructif » soit impossible à établir entre eux et la direction, et annoncent fermement que « les élus de CSE ne souhaitent plus travailler avec la direction de TUI France ». Une lettre sévère, à laquelle répondra Elie Bruyninckx quelques jours plus tard, et qui donne le ton sur le contexte et l’ambiance avec lesquels chaque partie devra composer.

20 octobre 2020 : gueule de bois dans les agences

Même si les projets du voyagiste faisaient peu de doute, une incertitude demeurait quand au nombre d’agences que TUI France cèderaient dans le cadre de ce PSE. Le tour-opérateur prend la décision radicale de se séparer de ses 65 agences de voyages physiques. 42 seront reprises par d’autres réseaux de distribution, d’autres voyagistes ou des salariés qui quittent TUI France dans le cadre du PSE. La direction, elle, affirmera très vite son ambition de ne plus posséder aucune agence de voyages en propre sur le territoire français, découragée par les loyers abyssaux, notamment dans les grandes villes. Le voyagiste reverra même, quelques mois plus tard, sa politique de commissionnement auprès de ses partenaires, affirmant ainsi un peu plus sa nouvelle stratégie concernant la distribution.

26 octobre 2020 : le CSE reste muet

Après plusieurs mois de négociations souvent houleuses, le CSE se dit « dans l’impossibilité de rendre un avis » concernant le PSE prévu par la direction de TUI France. Les représentants des salariés estiment avoir soulevé de nombreuses questions sans obtenir de réponses, et affirment dès ce jour leur intention de poursuivre la bataille sur le plan juridique. C’est d’ailleurs ce qu’ils feront en multipliant les actions en justice et les manifestations. Certaines dépasseront même le seul cadre de TUI France et de l’industrie du tourisme, en mobilisant des salariés venus d’autres secteurs et des personnalités politiques de premier rang.

7 juillet 2021 : l’épilogue ?

Suite à plusieurs mois de procédure, portant tant sur les conditions de départ des salariés que sur la légalité de certains aspects du PSE, la cour d’appel administrative de Versailles suit l’avis du rapporteur public, qui représente le gouvernement, et annule la décision de la Direccte, qui avait homologué le plan. Tout est à refaire pour la direction de TUI France, et ce alors même que certains salariés concernés par le PSE ont déjà quitté l’entreprise, et qu’une nouvelle direction s’est installée aux commandes du voyagiste. Une nouvelle direction qui a affirmé étudier tous les recours possibles pour faire valoir son bon droit dans cette affaire, et qui planche parallèlement sur la mise en place d’une nouvelle stratégie pour relancer TUI France. Tout en veillant à apaiser le climat social dans l’entreprise. Ce que le CSE souligne avec satisfaction, au début de l’été 2021. Jusqu’au prochain épisode.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique