Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : le rapporteur public demande l’annulation du PSE

Le rapporteur public, qui représente le gouvernement, a demandé en appel l’annulation du plan de sauvegarde de l’emploi qui a marqué l’actualité du voyagiste ces derniers mois.

Nouveau rebondissement dans la bataille qui oppose TUI France et le Conseil social et économique (CSE) du voyagiste, qui défend les intérêts des salariés : lors d’une audience devant la cour d’appel administrative de Versailles, le rapporteur public a demandé l’annulation du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) en cours de réalisation au sein de l’entreprise.

« Une très bonne nouvelle » pour les salariés de TUI France selon Lazare Razkallah, le secrétaire général du CSE de l’entreprise. « Dans 85% des cas, le juge d’application suit l’avis du rapporteur public. Nous avons donc bon espoir », poursuit le syndicaliste, assurant que le CSE « avait pointé du doigt le caractère insuffisant » de certains aspects du plan.

Un « climat apaisé » entre le CSE et la nouvelle direction

Dans le détail, la notion de « zones d’emploi » n’aurait pas été bien respectée par TUI France, qui a plutôt raisonné par point de vente. « Ce n’est pas parce que je viens d’un magasin qui ferme à côté d’un autre magasin du groupe qui ne ferme pas que je perds mon emploi », précise Lazare Razkallah. « En fonction des points, de l’ancienneté, le partant peut être issu du magasin qui reste ouvert. Ça n’a pas été respecté. »      

Le délibéré est désormais attendu d’ici une quinzaine de jours. « On est contents d’avoir été entendus, a-t-il ajouté. On n’est pas surpris […]. On en veut à la direction sortante qui a laissé tout ça à la nouvelle direction », regrette Lazare Razkallah, ajoutant que le « climat est apaisé » entre la direction actuelle de TUI France et le CSE. « L’approche est totalement différente : la direction s’intéresse à ce qu’il se passe dans l’entreprise, se montre à l’écoute et ouverte au dialogue. »

Pour rappel, le PSE prévoit la suppression de 587 emplois sur 904, et 26 modifications de contrats de travail, pouvant ainsi conduire à 599 licenciements pour motif économique et/ou départs volontaires. Il entraîne également la fermeture des 65 agences du réseau de distribution intégrée, dont certaines ont trouvé des repreneurs, ainsi que le regroupement des salariés sur un site unique.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique