Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : la réponse d’Elie Bruyninckx à la lettre ouverte du CSE

Sollicité par les représentants des salariés, le PDG de TUI Western Region, qui coiffe l’activité de TUI France, leur a répondu en rappelant les objectifs du groupe.

Dans sa réponse à la lettre ouverte envoyée par le CSE, Elie Bruyninckx, qui se dit « conscients du choc de l’annonce pour le personnel de TUI France », rappelle que l’objectif prioritaire du groupe TUI est « d’éviter la fin de TUI France. […] La situation déjà fragilisée de TUI France, avec des pertes significatives depuis plusieurs années, et maintenant à nouveau détériorée par la crise du coronavirus, ne laisse pas de marge de manœuvre et augurait un état de cessation des paiements à très court terme » (voir la lettre dans son intégralité).

La direction du voyagiste précise également qu’elle « fera tout pour accompagner ses collaborateurs dans la recherche d’une solution professionnelle et s’est efforcée de prévoir un dispositif complet de mesures d’accompagnement (formation, aide à la création d’entreprise, accompagnement des recherches d’emploi ou de reconversion professionnelle, …) ».

Des agences revendues ?

Concernant le réseau d’agences intégrées, TUI France indique avoir « déjà reçu beaucoup de marques d’intérêt. L’impact potentiel de la suppression de 266 postes dans le réseau d’agences n’est donc pas définitif et TUI France aidera à la recherche de candidats pour transformer les agences intégrées en mandataires, ou les céder à d’autres réseaux de distribution ».

Pour autant, l’ampleur du plan de réorganisation de TUI France présenté il y a quelques semaines par la direction du voyagiste continue de mobiliser le Conseil social et économique (CSE) de l’entreprise. Après la mise en ligne d’une pétition, l’intersyndicale (CGT, FO, CFDT, CFE-CGC) a organisé une manifestation devant le siège de TUI France, à Levallois-Perret.

Une manifestation en Belgique

« Nous voulions d’abord dénoncer la forme », explique Lazare Razkallah, le secrétaire général du CSE. « Certains salariés n’avaient plus de contacts avec l’entreprise depuis la mi-mars lorsqu’on leur a demandé de se connecter sur un lien, le 17 juin, pour leur annoncer leurs licenciements… Nous déplorons cette méthode », précise le syndicaliste, délégué CGT.

« Sur le fond, nous savons que le groupe ne souhaite pas négocier sur le nombre de départs. Donc nous défendrons les salariés jusqu’au bout, pour qu’ils obtiennent les meilleures conditions de départs. Nous avons d’ailleurs décidé de nous déplacer, d’ici à la fin du mois, à Zaventem, en Belgique, pour rencontrer Elie Bruyninckx, le PDG de TUI Western Region ».

TUI France, qui vient de rouvrir l’ensemble de ses agences « pour face au volume de demande en croissance », envisage de supprimer jusqu’à 583 postes, sur un total de 904 salariés. En 2019, le voyagiste a accusé des pertes s’élevant à 115 millions d’euros.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique