Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

RSE : AbracadaRoom implique les hébergements et les clients dans sa démarche

Le spécialiste de l’hébergment insolite s’est engagé dans un plan d’action RSE exigeant sur trois ans, en bénéficiant d’un dispositif d’accompagnement déployé par la région Sud Provence Alpes Côte d’Azur.

Devenir une entreprise responsable, c’est beaucoup de boulot. Mais le jeu en vaut la chandelle, assure Nicolas Sartorius, le fondateur de la plateforme de réservations d’hébergements insolites Abracadaroom. L’entreprise basée à Avignon s’est en effet engagée cette année dans une démarche RSE de longue haleine, avec le soutien d’un dispositif déployé par la région Sud Provence Alpes Côte d’Azur, “Cedre”. Ce “Contrat pour l’Emploi et le Développement Responsable des Entreprises” vise à accompagner les entreprises pour atteindre un certain nombre d’objectifs au niveau de l’entreprise, mais aussi de leur territoire et de leur secteur d’activité. Le processus s’étale sur trois ans.

« J’étais à la recherche d’un moyen de valoriser un tourisme plus responsable et durable, tout en allant plus loin, explique Nicolas Sartorius. Mais c’est difficile pour une entreprise de s’y retrouver et d’obtenir la bonne information sur ces sujets. » « Ce qui est vraiment très bien, c’est de bénéficier de l’accompagnement d’un expert dédié, qui nous aide à mettre en place un plan d’action et une roadmap”, explique Nicolas Sartorius. Abracadaroom a ainsi été suivie par Thierry Boblet, conseil RSE depuis 2005. « Maintenant que ce travail de plusieurs mois a été effectué, je sais exactement ce que j’ai à faire et quand je dois le faire. » Et cette feuille de route ne se limite pas aux aspects environnementaux, rappelle Nicolas Sartorius.

Une subvention soumise à la création d’emplois

L’entreprise qui fête cette année ses huit ans d’existence, veut ainsi bâtir sa politique RSE sur le soutien aux écosystèmes locaux, l’accessibilité pour tous et le tourisme responsable. Aux quelque 1300 hébergeurs référencés sur le site, AbracadaRoom proposera ainsi une charte de bonnes pratiques pour le respect de l’environnement et de l’économie locale. Les hébergeurs qui respecteront cette charte seront valorisés par un badge sur le site. Un atout pour eux, alors que les voyageurs sont de plus en plus sensibles à ces arguments. De leur côté, les clients seront incités à aller chez les commerçants du centre-ville plutôt qu’au supermarché, ou encore à trier leurs déchets. En parallèle, AbracadaRoom poursuit et accélère la compensation de ses émissions CO2 auprès d’ONG afin de participer à la réduction de l’impact environnemental de la filière tourisme.

Outre un accompagnement par un expert, le dispositif “Cedre” prévoit aussi une subvention destinée à mener à bien ce plan d’action. Cette subvention est soumise à la création nette de deux postes minimum et à la mise en œuvre d’au moins trois actions de son plan d’actions RSE. Elle peut atteindre les 45 000 euros, précise le site du Cedre. « S’inscrire dans un dispositif permet aussi de ne pas abandonner en cours de route. En se lançant seul dans ce type de démarche, le risque est d’abandonner rapidement parce qu’on est déjà très occupé par notre travail… », pense Nicolas Sartorius. Le jeune dirigeant l’avoue sans fard, ce dispositif est aussi destiné à développer son activité. Un développement responsable, certes, mais le dispositif est clairement conçu pour aider les entreprises à (bien) grandir. « On nous apprend beaucoup à valoriser ce qu’on fait et à ce que cela ait un impact sur le chiffre d’affaires », explique Nicolas Sartorius.

Réorganisation des équipes

En toute logique, la politique RSE d’AbracadaRoom concerne aussi la gestion des équipes. “Nous avons fait appel à un coach dont le rôle est de “profiler” tous les salariés de l’entreprise  (qui en compte 7 actuellement) pour détecter tous les talents, avoir une vision de l’ensemble de leurs compétences, y compris celles qu’ils n’ont peut-être pas l’occasion d’utiliser”. L’entreprise sera ensuite réorganisée autour de ce bilan, afin de stimuler la cohésion et la motivation. A travers cette démarche, Nicolas Sartorius prépare aussi activement 2021.

AbracadaRoom, qui réunit sur sa plateforme des hébergements insolites, a réussi à limiter la casse cette année. L’entreprise a « fait du yoyo » chaque fois qu’il y a eu un confinement. “L’ordonnance sur les avoirs nous a permis de faire des reports et de ne pas faire du négatif. Sans ça, ça aurait pu être plus grave”, indique Nicolas Sartorius. “Si nous avons été impacté très fortement au moment du premier confinement, la demande a ensuite explosé.” “2021 devrait être une super bonne année, anticipe-t-il. On prépare l’avenir et on continue d’investir (notamment dans les développements technologiques de la plateforme, NDLR). Nous pouvons nous le permettre et parce que nous sommes convaincus qu’il ne faut surtout pas arrêter. »

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique