Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les 7 grands chantiers de la Confédération

Une douzaine de fédérations représentant différentes branches du voyage ont rejoint cette nouvelle instance, qui veut structurer l’industrie.

"On l’a fait, on est très fiers !", sourit Roland Héguy, le président de l’Umih, et nouveau président de la Confédération des acteurs du tourisme, pour un mandat de trois ans. "Et on a commencé à plancher sur des dossiers prioritaires dès ce matin", a-t-il précisé ce jeudi lors d'une conférence de presse.

L’objectif de la confédération paraît simple : que les acteurs du tourisme parlent d’une même voix et défendent les mêmes objectifs, notamment devant le pouvoir en place. "La profession a parfois du mal à comprendre où réside l’intérêt de se réunir. Mais l’impulsion doit venir des professionnels", estime René-Marc Chikli, le président du Seto, également vice-président du groupement. "Le tourisme, c’est nous, et il faut l’affirmer".

De l'Etat d'urgence au calendrier scolaire

Les différents membres de la confédération ont identifié plusieurs sujets sur lesquels travailler en premier :

– la requalification du terme "Etat d’urgence" pour séduire les marchés étrangers,
– la gouvernance du tourisme en France,
– le cadre social de l’emploi dans le tourisme,
– la négociation du calendrier scolaire,
– la simplification administrative,
– la sécurité des touristes,
– l’amélioration de la desserte territoriale et de l’accueil des clientèles étrangères.

Chacun des plus importants adhérents piloteront l’un des chantiers engagés. "On va essayer de défraîchir tous ces sujets pour la fin septembre", prévient Roland Héguy. La confédération aimerait réunir une délégation interministérielle tous les six mois pour évoquer l’avancée des travaux.

"Avec la perspective des grands événements que le pays pourrait accueillir (JO 2024, Expo Universelle, …), on veut aider à revaloriser l’image de la France. Avec, en ligne de mire, l’ambition de gagner un pont de PIB", conclut Roland Héguy.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique