Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le futur aéroport de Nantes sera inadapté, selon un pilote

Dans un courrier à François Hollande, un pilote d'Air France explique que la conception du futur projet de Notre-Dame-des-Landes (NDDL) révèle une "méconnaissance significative du fonctionnement d'un aéroport".

Le futur d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, tel qu'il a été présenté, révèle "une méconnaissance significative du fonctionnement d'un aéroport", estime Thierry Masson, pilote chez Air France et membre du Collectif de Pilotes doutant de la pertinence du projet NDDL.

"Ce projet est loin de garantir un niveau opérationnel compte tenu de son architecture future déjà dépassée", explique-t-il dans un courrier envoyé au président de la République, ajoutant "qu'aucun organisme aussi sérieux que l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale ou l'Agence Internationale du Transport Aérien n'aurait osé imaginer"ce projet.

Pourquoi 2 pistes ?

Il questionne l'utilité de la présence de deux pistes sur cet aéroport, qui plus est non parallèles. "Pourquoi 2 pistes ? Pourquoi la plus grande des deux, avec ses 2900m de long par 45m de large, limitatifs au regard des dimensions et des performances pures des avions gros porteurs, n’est-elle pas plus grande que celle existant déjà à Nantes-Atlantique. Pistes qui plus est non dotées de taxiways parallèles alors qu'aucun autre aéroport de cette catégorie n’a été créé en Europe avec une telle configuration depuis… Orly en 1973".

La saisonnalité des vols charters ou low cost

Thierry Masson s'interroge également concernant l'utilité de ce projet par rapport aux questions de sécurité, de bruit, ou de saturation invoquées pour justifier sa construction. Il estime ainsi qu'il existe, à Nantes, "une quasi stabilité avec environ 50000 mouvements de vols commerciaux par an". "Il faut faire un distinguo entre les lignes régulières qui ont une croissance conforme aux performances des autres aéroports régionaux similaires de France ou des pays voisins, et les vols charters ou low cost, uniquement liés à la saisonnalité de cette activité, qui ''tirent'' vers le haut l'activité de Nantes Atlantique, saisonnalité significative seulement 6 mois par an !" ajoute-t-il.

Hypothétique saturation de l'aéroport

"Quelle que soit l'attractivité en cours ou à venir pour nos belles régions de l'ouest, qui va parier sur des vols transcontinentaux entre Los-Angeles, Singapour, Sydney ou Dubaï vers Notre Dame des Landes ?", lance-t-il, concluant que "l'hypothétique saturation" de l'aéroport actuel pourrait être réglée avec "des extensions des aérogares et/ou des parkings avions", "comme cela se fait partout en Europe mais aussi en France".

Des opposants avaient déjà remis en cause les arguments ayant justifié le projet Notre-Dame-des-Landes, notamment les questions de sécurité, de bruit ou de saturation.

Ce week-end, un festival organisé sur le site du futur aéroport par les opposants a réuni environ 30.000 personnes, selon les participants et 8000 selon les gendarmes.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique