Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air Antilles : « Notre Certificat de Transporteur Aérien n’a jamais été suspendu »

Suite à la publication d’articles concernant l’immobilisation d’une partie de sa flotte, la compagnie basée en Guadeloupe veut apporter quelques précisions, rappelant que seule une partie de sa flotte a été immobilisée pour un contrôle « administratif ».

D’abord, Caire explique que son « CTA (Certificat de Transporteur Aérien) n’a jamais été suspendu ». « Cinq avions », sur les onze qui composent la flotte de la compagnie, « sont toujours autorisés à l’exploitation » ; et « le calendrier réglementaire des visites de maintenance de [ses] avions » a toujours été respecté.

La compagnie précise qu’une « partie de [sa] flotte a été immobilisée, en conséquence d’une suspension provisoire de l’habilitation de [son] CAMO (Organisme de suivi de la navigabilité) pour deux types d’avion, parmi les 4 opérés » par Caire, et « le temps d’apporter des réponses administratives sur la situation et l’organisation de ce service ».

« Un contrôle administratif » qui ne remet pas en cause l’état de la flotte

Caire avance que « ces demandes ont été sollicitées suite au constat d’anomalies dans le cadre d’un convoyage retour, après un chantier de 10 mois chez un sous-traitant aux Etats-Unis, d’un avion sur lequel certaines pièces détachées avaient dépassé leur butée calendaire nécessitant une révision. Nous précisons qu’aucun passager n’était à bord de cet avion en convoyage qui a été immobilisé par nos services à son arrivée en Guadeloupe ».

« Suite au constat de ces anomalies, l’OSAC a suspendu l’habilitation de notre service de suivi de la navigabilité pour deux types d’appareils, le temps que nous apportions les garanties que ces événements ne pourraient arriver sur d’autres appareils de la flotte et que l’organisation du service était capable d’anticiper un tel événement dans le futur. Il s’agit donc d’un contrôle administratif et non de la remise en cause de l’état de la flotte ».

Les réponses et explications ont été transmises dans les 12 heures qui ont suivi cette demande et nous sommes, à ce stade, dans l’attente de la levée de la restriction qui nous a été imposée. Dans le cadre de cette réponse, nous avons apporté la preuve que l’ensemble de la flotte opérationnelle de notre compagnie était en parfait état de navigabilité conformément aux différents programmes de maintenance agréés ». Plus haut, Caire rappelait que « tous [ses] vols de transport public ont toujours été opérés dans les conditions les plus strictes de sécurité pour [ses] passagers ».

Enfin, la compagnie conclut en précisant que « malgré le contexte, [elle] a tout mis en œuvre pour réacheminer [ses] passagers avec le moins de perturbation possible ». Caire attend désormais « la levée de cette restriction » pour reprendre la totalité de son activité « au plus haut niveau de sécurité comme [elle] l’a toujours fait ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique