Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Compagnie Hôtelière de Bagatelle se dote d’un programme de fidélité

Le groupe lancé en 2010 structure son offre et travaille à de nouveaux développements, qui pourraient le mener pour la première fois hors de Paris.

Ce n’est pour l’heure qu’une « petite » collection de six établissements parisiens, mais décidée à grandir. Dans son portefeuille, des hôtels quatre et cinq étoiles au caractère bien trempé : le Platine, le Vice-Versa – signé Chantal Thomass – ou encore le Roch Hôtel & Spa, seul cinq étoile du groupe, savamment relooké par Sarah Lavoine. Des hôtels tellement différents les uns des autres… qu’on peine à les attribuer à la même maison. Et c’est justement le chantier qui marque cette rentrée pour la Compagnie Hôtelière de Bagatelle. « Nous voulons désormais instaurer la notion de groupe, explique Célia Cornu, la directrice générale de la Compagnie Hôtelière de Bagatelle. Il faut que le client final comprenne que l’hôtel où il séjourne est lié à d’autres établissements. »

16 millions d’euros de CA

Pour cela, cette entreprise familiale a refondu son identité, son site Internet, et se dote aussi de nouveaux outils. A commencer par un programme fidélité, lancé en juillet. “Nous l’avons créé de toute pièce, c’est un travail qui nous a pris plus d’un an car nous avons dû parallèlement mettre en place un CRM, qui est aussi l’outil de gestion de notre programme de fidélité”, explique Célia Cornu. Pour cela, le groupe s’est appuyé sur la start-up HotelAppz, spécialisée dans la gestion et l’exploitation de la data clients pour les hôteliers. Avec ce programme, auquel le client peut adhérer gratuitement, le client bénéficie de surclassements, de petits déjeuners et autres attentions personnalisées. Surtout, ce programme de fidélité permet de doubler ses points en réservant en direct. Manière pour le groupe de contourner les OTAs, qui constituent actuellement 50% de son chiffre d’affaires. L’entreprise, qui clôture son exercice au 30 septembre, annonce un chiffre d’affaires de 16 millions d’euros en 2017/2018, en “nette progression”. “Notre objectif était bien sûr de remplir nos hôtels, mais aussi de faire remonter les prix, qui ont baissé suite aux attentats ayant touché Paris, rappelle Célia Cornu. Et ça a été difficile, car quand le marché est reparti, certains ne remontaient pas leurs prix. Là, tout le monde commence à jouer le jeu. Les événements qui se tiennent à Paris, comme la Fashion Week, nous aident beaucoup. Sur une année, j’ai pu gagner dix euros sur le prix moyen de la nuitée.”

De nouveaux concepts à l’étude

Créé en 2010, le groupe ambitionne aussi de poursuivre son développement. Dans la capitale, la Compagnie, propriétaire des murs de tous ses hôtels, prospecte pour créer de nouveaux établissements, essentiellement sur du cinq étoiles. Toujours sur le même mode : acheter, fermer, rénover. Mais la concurrence se fait plus rude depuis quelques années dans la capitale, et les “pépites” deviennent rares… Comme beaucoup d’autres, le groupe étudie donc les opportunités en régions. Un nouveau concept sur des destinations week-end est actuellement dans les cartons. “On réfléchit par exemple à un hôtel tout-en-un qui proposerait des activités sportives ou de nature et accueillerait du MICE en semaine”, détaille Célia Cornu, sans en dévoiler plus pour le moment. Ce nouveau concept ciblerait exclusivement des destinations proches de la capitale et facilement accessibles. A suivre, donc…