Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyageurs du Monde améliore sa rentabilité en 2017

Porté par des résultats financiers très performants, le groupe dirigé par Jean-François Rial nourrit plus que jamais des ambitions à l’international.

En 2017, le groupe Voyageurs du Monde a réalisé un chiffre d’affaires de 426,9 millions d’euros (+12,5%). A périmètre constant, c’est-à-dire en excluant notamment les acquisitions d’Original Travel (janvier 2017) et KE Adventure Travel (juillet 2017) pour le marché anglais, le chiffre d’affaires progresse de 6,1%.

« C’est une très bonne performance », estime Lionel Habasque, directeur général délégué. Sur l’exercice, l’EBITDA s’élève à 29,5 millions d’euros (+21,6%), permettant au groupe de dégager un résultat net de 18,8 millions d’euros, en hausse remarquable de 38,5%. « Cette croissance s’explique principalement par la progression du chiffre d’affaires, l’amélioration de la marge brute (+14,6%) qui nous as permis de contenir les charges d’exploitation », calcule Lionel Habasque. Le groupe a donc connu une année porteuse, pendant laquelle il a renforcé son assise sur le marché français, pour mieux conquérir les marchés anglophones.

Les USA en ligne de mire

Car Jean-François Rial, le PDG du groupe, ne s’en cache pas : Voyageurs du Monde s’intéresse plus que jamais à l’international. « En 2018, nous allons concentrer beaucoup de moyens et d’efforts sur nos deux marques du marché anglais. Sur Original Travel, la mission sera d’apporter le savoir-faire du groupe, ses services mais aussi sa technologie. Pour KE Adventure Travel, l’idée est la même, en enrichissant aussi la production d’une offre sur le voyage individuel et le trek découverte, totalement absents pour l’instant », précise le dirigeant. « Et cette fois-ci, nous y allons vraiment : site web, équipe sur place, communication, … » .

« Une fois que tout cela sera fait et bien solide, nous installerons ces marques sur d’autres marchés anglophones : le Canada, les Etats-Unis voire l’Australie », annonce Jean-François Rial.

Depuis le rachat des deux voyagistes anglais, la part de la clientèle étrangère atteint 21%, contre 11% en 2016. « Avec une production ouverte aux marchés anglophones, nous pouvons aussi capter des clientèles issues de toutes les grandes métropoles, comme Hong-Kong, Dubaï », sourit Jean-François Rial. C’est aussi pour séduire ces nouveaux clients que Voyageurs opère désormais en France (une brochure dédiée sera publiée à l’automne).

« Chaque région est en croissance »

Avant d’appliquer la recette secrète de Voyageurs du Monde outre-Atlantique et ailleurs, le groupe note que le marché français est très dynamique. « A date, pour l’exercice 2018, les départs acquis sont en hausse de 14,5%, ce qui représente 67% du chiffre d’affaires 2017 », détaille Lionel Habasque. « De façon générale, je n’ai jamais vu de telles croissances, dans tous les segments du voyage, et encore plus dans le sur-mesure, depuis 25 ans », se rappelle Jean-François Rial, qui est également vice-président du Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto).

Pour le groupe, c’est l’Afrique qui affiche la plus forte croissance (Botswana, Namibie, Afrique du Sud Tanzanie, …), même si « toutes les régions sont en croissance d’au moins 15% », selon Jean-François Rial. Le Japon, les Etats-Unis et l’Afrique du Sud sont les trois destinations dans lesquelles le groupe a enregistré le plus de chiffre d’affaires en 2017.

Toujours à l’affût de nouvelles expériences, le groupe, qui devrait positionner son yacht La Flâneuse du Nil sur le lac Nasser, permettant à ses clients de découvrir les pyramides nubiennes du Soudan, à l’automne prochain.

Dans la même rubrique

Les commentaires sont fermés.