Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le patron de TMR condamné

Jean Maurice Ravon écope de trois ans d’interdiction d’exercice pour des engagements non respectés.

Le 21 mai, la cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné Jean Maurice Ravon à « huit mois de prison avec sursis et à une interdiction d’exercer, pendant trois ans, une activité professionnelle de voyagiste ». En outre, le gérant de l’entreprise marseillaise TMR devra verser de 1 524 à 2 439 euros à chacun des sept plaignants.  

L’affaire remonte à mai 1998, avec l’organisation par TMR d’une mini-croisière sur le Norway, dont l’apothéose devait être une participation à la soirée de clôture du 51 ème festival de Cannes, avec un dîner de gala avec Gérard Depardieu et Francis Ford Coppola. Ne voyant rien venir de ces promesses, les clients (qui avaient payé de 460 à 1000 euros) s’étaient énervés au point de menacer la sécurité sur le navire. En première instance, en décembre 2001, le Tribunal correctionnel de Marseille avait reconnu les faits de « publicité mensongère » et condamné Jean-Maurice Ravon à une amende de 7 622 euros. La Cour d’appel a ajouté le délit de « tromperie ».

Atypique dans le monde du tourisme, Jean-Maurice Ravon s’estime persécuté depuis plusieurs années et donne pour preuve une dénonciation au fisc suivi d’un contrôle poussé. Il a décidé de se pourvoir en cassation. En vertu de l’effet suspensif, il pourra donc continuer à exercer ses activités.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire