Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyages en Europe et dans les Dom-Tom : le grand flou perdure

Jean-Baptiste Lemoyne a fait un point, ce midi, sur la filière du tourisme et les prochaines vacances des Français. Des vacances, pour l’heure, confinées en France.

Si le déconfinement démarre le 11 mai, le secteur du tourisme devra patienter avant d’amorcer la reprise. « Nous allons fonctionner par tranche de trois semaines », a rappelé Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat en charge du tourisme, lors d’une conférence de presse mardi. Jusqu’au 2 juin, les Français pourront se déplacer dans un rayon de 100 kilomètres, et profiter de « petits musées », de « petits sites » et de jardins. Mais pas des plages ni de grandes transhumances a priori. « Un certain nombre de sites naturels seront ouverts dans des départements où le virus ne circule pas activement », a prévenu le secrétaire d’Etat. Naturellement, les activités devront avoir lieu dans le respect des « conditions sanitaires requises ».

C’est au terme de cette première phase, après avoir mesuré les effets du déconfinement sur la pandémie de Covid-19, que le gouvernement ajustera son dispositif propre au tourisme.

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat au sein du MEAE

Pas de visibilité avant fin mai

Si les vacances en France métropolitaine occupent une place de choix dans les messages actuels du gouvernement, quid des destinations étrangères ? Interrogé sur les voyages des Français à l’étranger et ceux des étrangers en France, Jean-Baptiste Lemoyne est resté très prudent : « Le travail sur les frontières est en cours, non seulement (au niveau) national mais aussi avec les pays voisins. Nous avons convenu d’avoir ce dialogue au niveau européen. A ce stade, au niveau français, je n’ai pas d’annonces à vous faire quant aux frontières. Aujourd’hui, nous avons donné rendez-vous à la fin mai pour partager un certain nombre de précisions liées au calendrier des activités touristiques, à la reprise dans le secteur de la restauration, des cafés, et à l’organisation des vacances. Nous avons besoin d’avoir ce recul sur la première phase du déconfinement. »

La question du tourisme affinitaire

Les institutions européennes travaillent sur des « règles finalisées et harmonisées au niveau européen » afin d’accompagner cet été le secteur touristique, a pour sa part indiqué mardi le commissaire européen chargé du Marché intérieur Thierry Breton.

Au delà de l’Europe et de l’Espace Schengen, de nombreux professionnels s’interrogent aussi sur les Dom-Tom, notamment les compagnies aériennes, les TO et les agences. « A ce stade, les territoires ultra-marins connaissent le régime de la quatorzaine », a rappelé Jean-Baptiste Lemoyne, « pour que les services de santé ne soient pas sur-sollicités ». « Le ministère de l’Outre-mer réfléchit à un dispositif alternatif », notamment pour la clientèle affinitaire. « Mais il est encore trop tôt pour pouvoir se prononcer », a-t-il conclu.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique