Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vacances d’été : « la reprise du tourisme ne pourra être que concentrique » en France

Un tourisme de proximité, voire « ultra local », c’est ce qui s’annonce pour les prochains mois ainsi que l’a souligné hier Jean-Baptiste Lemoyne, évoquant devant l’Assemblée nationale cette saison estivale « pas comme les autres ».

Déjà, les cartes de sorties de confinement et autres outils en ligne fleurissent sur le web pour déterminer les lieux d’escapades possibles se trouvant dans un rayon de 100 kilomètres, respectant les limitations de déplacements instaurées par le gouvernement. Des cartes qui permettent de rêver aux vacances… dans un périmètre plutôt réduit donc, au moins dans un premier temps. « Je crois que cette saison estivale, il faut le dire, et tout le monde le voit, ne sera pas comme les autres », a déclaré mercredi Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’Etat au Tourisme, devant l’Assemblée nationale. « Le tourisme ne pourra reprendre que de façon concentrique dans un premier temps, avec une clientèle d’ultra-proximité et, on le voit, avec un certain nombre de sites qui vont pouvoir rouvrir », a développé le secrétaire d’État chargé du Tourisme. Parmi eux figurent « les petits musées, certains sites naturels, parcs et jardins dans les départements qui seront « verts », où le virus ne circule pas de façon active », a détaillé Jean-Baptiste Lemoyne. « Cela va être, dans un premier temps, le temps de l’ultra-proximité, et puis petit à petit, en fonction naturellement de l’évolution du virus, les décisions pourront être prises pour élargir », a-t-il précisé.

Des chèques-vacances pour relancer la machine

Une clientèle ultra-locale qui contribuera donc à relancer la machine, alors que l’absence de la clientèle étrangère pèsera lourdement. Pour que les Français puissent « souffler » après des semaines de confinement, le gouvernement a indiqué travailler à « des mesures permettant de renforcer les chèques-vacances, de faciliter le déplacement de tous », a indiqué le secrétaire d’État.

Pour soutenir le tourisme, durement touché par l’épidémie, les collectivités locales de la Provence-Alpes-Côte d’Azur ont de leur côté annoncé la distribution, sous condition de ressources, d’un chéquier vacances pour les personnes ayant travaillé au contact du public durant le confinement. D’une valeur de 500 euros, il sera attribué aux salariés du secteur privé domiciliés dans la région et bénéficiant d’un quotient familial ne dépassant pas 700 euros. Livreurs, caissiers, employés de commerce pourront prétendre à ce chéquier qui pourra être utilisé individuellement ou en famille pour des prestations d’hébergement, de restauration et de loisirs entre la date de réouverture des établissements de la région et la fin de l’année, explique-t-elle. Il devra être utilisé dans la région exclusivement, au sein du réseau des professionnels inscrits au réseau de l’Agence nationale des chèques vacances, partenaire de l’opération précise la collectivité régionale. L’enveloppe globale de l’opération s’élève à dix millions d’euros.

1 commentaire
  1. diane dit

    Le gouvernement ne croit quand même pas qu’on va louer ou réserver un hôtel près de chez soi alors qu’on a un appartement de famille à 600 km que l’on ne peut même pas entretenir en ce moment, ni aller voir sa famille à 500 km. Tous nos voisins européens sont libres et sont sidérés de ce qui se passe en France. En plus, il a accepté qu’Air France ne rembourse pas les citoyens français dont les vols ont été annulés fin mars, nonobstant la règlementation européenne et les recommandations de la Commission. A quoi servent les avoirs de 2000 euros qui nous ont été imposés malgré toutes nos demandes de remboursement? Les politiques trouvent normal que le simple citoyen soit verbalisé s’il ne respecte pas la loi, mais que ces sociétés qui ont en plus falsifié les dossiers des clients (vol annulé transformé en « non présentation » et demande de remboursement en « demande de modification ») pour ne pas rembourser aient tous les droits et transgressent la règlementation. Quand récupèrerons-nous notre argent qu’Air France détient depuis mai 2019, soit depuis plus d’un an à ce jour. Ce n’est sûrement pas avec de telles pratiques que le citoyen aura envie de choisir de nouveau cette compagnie. Et que deviendront les petits commerces qui vivaient du tourisme parisien? Nous sommes cloîtrés à 100 km alors que les frontières s’ouvrent et que les étrangers débarquent pour les travaux agricoles et bientôt pour les vacances.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique