Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le groupe TUI cesse ses activités en Italie

En pleine réflexion sur son modèle économique en France, le TO allemand fermera son bureau italien le 15 mars 2020.

TUI en Italie, c’est (bientôt) fini ! Dans une note interne révélée par plusieurs médias italiens, Martin Wittwer, PDG de TUI Suisse et responsable du marché italien, annonce la fin de « l’activité de tour-opérateur traditionnel de Tui Italia Srl » à compter du 15 mars 2020. Une cinquantaine de salariés, installés dans le bureau italien de TUI, à Fidenza, dans les environs de Parme, seront licenciés « de la manière la plus socialement responsable possible ».

Le groupe précise que « tous les voyages TUI Italia avec une date de retour jusqu’au 15 mars 2020 inclus seront effectués sans restriction, tandis que les voyages suivants seront annulés et les paiements déjà effectués par les clients seront remboursés ». Selon Martin Wittwer, « l’activité traditionnelle des tour-opérateurs se révèle volatile pour l’ensemble du secteur et à l’avenir, les activités de voyagiste du groupe TUI sur les différents marchés devront être davantage harmonisées et standardisées. La situation actuelle nous fait croire qu’il n’y a pas de conditions préalables à un développement positif et durable de TUI Italia ».

Une avancée pour TUI France ?

Né sur les fondations du voyagiste I Viaggi del Turchese (Les Voyages Turquoise), TUI Italia « continue d’être représentée [en Italie] par diverses autres filiales telles que les hôtels ou le fournisseur d’excursions numériques Musement. Même le Shoni Bay Hotel à Marsa Alam (Egypte), jusqu’ici offert exclusivement sur le marché italien par TUI Italia, poursuivra ses activités ».

Pour autant, ce retrait du marché italien rappelle forcément les intentions du voyagiste allemand concernant ses activités en France et interroge sur l’avenir du pôle « tour-operating » du groupe, avec un EBITA en chute libre (-73,5%), à 131,8 millions d’euros, en 2019. En effet, et comme le confiait Hans Van de Velde dans le numéro 3190 de L’Echo touristique, TUI « discute avec différentes sociétés – françaises, internationales – pour envisager des partenariats stratégiques. Nous sommes ouverts à̀ beaucoup de solutions pour que le marché français soit plus sain ». Un éventuel rapprochement avec Marietton Développement, le groupe piloté par Laurent Abitbol, revient souvent dans les rumeurs, depuis plusieurs mois. Selon différentes sources, Marietton Développement prendrait les commandes de TUI France, avec la mise en place d’un régime de location-gérance. Le groupe monterait au capital de TUI France à hauteur de 45%, tandis que TUI conserverait le même niveau de participation. Les salariés de TUI France, eux, se partageraient les 10% de capital restant.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique