Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : « Nous ne devons pas avoir peur de prendre des décisions difficiles »

Le plus grand tour-opérateur du marché, filiale du leader mondial du voyage, cherche toujours son modèle en France. Malgré différents plans sociaux, l’entreprise perd aujourd’hui de l’argent. Nommé en avril, Hans Van de Velde a une mission : redresser TUI France. Ce qui passera par une nouvelle organisation, la réorientation des ventes vers le packages dynamique, voire un partenariat avec une autre société. Interview exclusive* avec Hans Van de Velde, PDG de TUI France.

L’Echo touristique : TUI France vit une année difficile, marquée par l’inquiétude des salariés et de leurs représentants. Comment comptez-vous apaiser les esprits ?

Hans Van de Velde : Je dois reconnaître que ces derniers mois, et notamment de décembre à avril, l’incertitude et l’inquiétude ont marqué TUI France. Le dialogue social était rompu. C’est, entre autres, la raison pour laquelle j’ai été nommé PDG en avril dernier. Je travaille à Levallois-Perret depuis 3 ans, et j’ai toujours discuté avec les représentants du personnel. J’apporte des réponses sans langue de bois – quand je les ai – à leurs questions. Ils ont été les premiers à découvrir la stratégie que nous allons mettre en place pour redresser TUI France.

TUI France a besoin d’une nouvelle stratégie ?

Hans Van de Velde : Oui. En tant que chef d’entreprise, cela me paraît évident, puisque TUI France perd de l’argent depuis des années. Ces dix dernières années, nous avons essayé beaucoup de choses, comme le rachat de Transat France, de Nouvelles Frontières, de Passion des Îles. Mais cela n’a pas suffi. Et nous ne pouvons pas nous reposer éternellement sur le groupe TUI. Ce n’est pas bon, ni pour nous, ni pour le marché du tourisme en France. Tant que nous ne gagnons pas d’argent, nous avons un problème.

Pour lire l’ensemble de cet article,
veuillez vous identifier avec votre compte si vous avez déjà un abonnement
à L’Echo Touristique OU abonnez-vous


Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique