Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : fin du quoi qu’il en coûte ? Oui, mais…

Allez, tout va bien, l’économie a repris du poil de la bête, Bruno Le Maire peut espérer rejouer les oncles Picsou en concluant dans les prochains jours le « quoi qu’il en coûte ». Et, par-dessus le marché, notre ministre Premier arbore un sourire de bon augure…

Content de vous retrouver, lecteurs amis – et aussi ennemis -, après cet été ambigu. Mais, comme le disait hier le Premier ministre Jean Castex lors d’un déplacement dans le Bas-Rhin (lequel ressemble décidemment au regretté Bourvil), « nous sommes en bonne voie pour retrouver une vie normale ».

D’accord, mais, y’a encore du boulot. Et, même si l’économie du pays est quasi « en forme » selon ce bon Bruno, des secteurs ne voient toujours pas la « bonne voie ».

Alors, bonne nouvelle ou moins bonne nouvelle que cette fin du « quoi qu’il en coûte » envers l’un des secteurs les plus affectés depuis plus de 18 mois ?

Incontestablement, une excellente nouvelle pour nos entreprises exsangues pour la plupart, mais qui résistent encore et toujours.

Le 30 septembre, c’est la fin du fonds de solidarité. Autre bémol, en août, les entreprises ne pourront pas bénéficier du fonds de solidarité si elles n’ont pas réalisé 15% de chiffre d’affaires au minimum. Nombre d’entre elles, particulièrement les voyagistes experts du long-courriers, sont dans ce cas. Mais dès le mois d’octobre, la prise en charge des coûts fixes (salaires, loyers, frais divers) sera effective pour toutes les entreprises du secteur.  

Dominique Gobert, éditorialiste

Et le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, appuyé fortement par le secrétaire d’Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, semble décidé à prendre des mesures spécifiques d’accompagnement pour le secteur du tourisme, y compris sur l’évènementiel. Soyons rassurés cependant, nous avons pu organiser avec brio les Travel d’Or cet été, l’IFTM-Top Resa verra le jour cet automne. Et nous allons au moins, non pas pouvoir nous serrer la louche ou nous lécher les bobines, mais nous donner un coup de coude… de bon aloi.

Joie !

Tout en restant très optimisme, me viennent quand même à l’esprit quelques inquiétudes. D’abord, personne ne me contredira, du moins j’espère, il subsiste une grosse inconnue sur le problème de trésorerie. On sait pertinemment que le versement du fonds de solidarité a parfois été très long, alors même que la trésorerie reste tendue. Et que les nouveaux calculs, basés non plus sur du « déclaratif » mais sur des pièces comptables, risque de prendre, comme disait un humoriste, « un certain temps » ! Bruno Le Maire en personne en convient.

De plus, n’oublions pas que la saison, du moins pour nombreux voyagistes et agences, n’a pas remporté un franc succès. D’autant que, hormis les voyages et déplacements en France, vers l’étranger, c’est une autre paire de manches.

Et que les « cartes de voyages » changent tous les jours ! Comme nous le confiait René-Marc Chikli, président du Seto, « l’hiver risque d’être long », très long. Mais on va continuer à y croire, « parce ce que c’est notre projet ».

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique