Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : pourquoi faire simple… quand on peut faire compliqué ?

Libérés ? Délivrés ? Ou simplement, liberté provisoire, surveillée et peut-être légèrement « orientée » vers notre environnement national, sans vraiment pouvoir aller respirer… plus loin ? Telle est la question, toujours très compliquée…

A lire les différents groupes d’agents de voyages – CMDV, Helpdesk et j’en oublie -, peu de personnes comprennent les différentes orientations touristiques probables pour cet été. Et, à part, « La France c’est mieux » (encore que pour aller en Corse, ce n’est toujours pas évident), j’avoue mon « imcompétude » en la matière !

Tiens, la Tunisie, destination importante et traditionnelle pour nos tour-opérateurs qui espéraient vraiment l’ouverture pour cet été. Pour les autorités tunisiennes, aucun problème : les vaccinés ou les testés peuvent entrer et séjourner dans leurs club respectif….

Dominique Gobert, éditorialiste

Sauf que, chez nous, pour faire simple, le pays ami est classé orange. Et par conséquent, afin de se rendre là-bas, les Français doivent fournir un motif « impérieux », à moins d’avoir été vacciné. Je ne pense pas que « partir au soleil » soit impérieux. De plus, il faudra aussi au retour présenter un test PCR ou antigénique négatif (à un prix défiant toute concurrence) et s’offrir, si la vaccination n’a pas été effectuée, un joli auto-isolement de sept jours. Le temps de défaire les bagages !

Tiens, ce qui me fait penser que le pass sanitaire européen devrait être mis en place au cours de la deuxième quinzaine de juin…

Pas grave, puisque finalement, chez nous on peut se libérer du masque plus tôt que prévu, histoire de fêter la musique « collés-serrés » comme on l’a vu dans les rues des grandes capitales en ce 21 juin dernier. Et que l’on peut, d’un seul coup, fréquenter les restaurants et les bistrots à l’intérieur. En revanche, pour les établissements de nuit « fêteux » et « danseux », faudra attendre le 9 juillet… Faut croire qu’en quelques jours, le virus aura, lui aussi, fait ses valises.

Pas simple.

Tiens, encore un truc qui me navre, surtout pour les professionnels, l’Australie. En Europe, du moins en France, l’Australie fait partie des pays « autorisés à la visite ». Mais, au pays des kangourous, pas question d’accepter les visiteurs étrangers. Les frontières pourraient rester fermées aux touristes étrangers « jusqu’en juillet 2022″.

Encore un grand mystère que je n’arrive pas à saisir, malgré la diligence de notre rédaction : pourra-t-on, cet été, se rendre en Amérique du Nord. Pour le Canada, par exemple, il semble bien que les voyages « non essentiels » restent interdits aux voyageurs étrangers. Là aussi, je ne pense pas que « venir déguster une poutine gluante » soit un motif de voyage impérieux…

Mais les Canadiens restent les bienvenus chez nous, malheureux Européens…

Effectivement, pourquoi faire simple… alors qu’on peut faire compliqué !

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique