Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le monde musulman devient une zone à risque pour les touristes français

L’Égypte, la Jordanie et la Tunisie ont perdu près d’un tiers de leurs touristes potentiels à cause des troubles du premier trimestre, selon une étude Omnibus de GfK – GOT pour L’Écho touristique.

«L’ensemble des pays du monde musulman souffrent d’une image de pays à risque », estime GfK après une étude GOT pour L’Écho touristique. L’institut a interrogé 1 000 internautes entre le 9 et le 16 mars 2011*, sur leur perception de 12 pays, après le début des soulèvements dans le monde musulman, notamment en Égypte et en Tunisie.

DOMMAGES COLLATÉRAUX

À la question : « Dans le contexte des soulèvements populaires dans le monde musulman, diriez-vous qu’il est risqué d’aller dans les pays suivants ? » seuls les Émirats arabes unis, le Maroc et la Turquie dépassent à peine la barre des 50 % de personnes qui considèrent ces pays comme certainement ou probablement sûrs, alors qu’ils n’ont pas ou peu connu des troubles. Un Français sur trois estime que la Tunisie est un pays sûr, contre un sur quatre à propos de l’Égypte ou de l’Algérie. La Libye est sans surprise la « moins fréquentable ». À la question « Seriez-vous prêt à aller dans les pays suivants ? » du monde arabe, les Français montrent dans leurs réponses une réserve certaine.

L’Égypte, la Jordanie et la Tunisie ont perdu près d’un tiers de leurs clients potentiels directement à cause des troubles du premier trimestre, souligne l’étude. L’hémorragie est moindre pour le Maroc, la Turquie et les Émirats arabes unis : parmi les personnes qui avaient l’intention d’y aller avant les troubles, seule une personne sur cinq n’a pas envie de visiter chacune de ces trois destinations. Toutefois, même si seuls 19 % des touristes qui voulaient partir en Tunisie avant sa révolution sont décidés à revenir rapidement, ce taux est l’un des plus élevé avec la Turquie et surtout le Maroc, qui n’ont pas connu de troubles majeurs. L’attachement à ce pays est une lueur d’espoir pour le tourisme tunisien, qui escompte un retour rapide des touristes sur son territoire.

*Ce sondage a été réalisé avant les frappes de la coalition en Libye.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique