Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grève à la TAP : plus de 1 300 vols annulés

La compagnie aérienne TAP Air Portugal a annoncé l’annulation de 1 316 vols avant une grève d’une semaine du personnel de cabine, prévue à partir de mercredi pour protester contre des baisses de salaires et qui coûtera à l’entreprise 48 millions d’euros.

Le personnel de cabine du groupe aérien a confirmé lors d’une assemblée générale son intention de mener ce mouvement social du 25 au 31 janvier, faute d’entente avec l’administration autour d’un nouvel accord d’entreprise. L’écrasante majorité des près de mille salariés rassemblés jeudi a voté pour le rejet de la dernière proposition de l’administration, et en faveur de la poursuite du mouvement social entamé en décembre avec deux jours de grève qui avaient déjà provoqué l’annulation de 360 vols et des pertes estimées à huit millions d’euros pour la compagnie aérienne publique.

Les négociations visant à éviter une nouvelle grève s’étaient « raisonnablement bien passées » mais les salariés restent très remontés contre l’administration, avait expliqué le président du Syndicat national du personnel de l’aviation civile, Ricardo Penarroias, avant la réunion du personnel. En réaction, la TAP a dit regretter « profondément la décision prise par l’assemblée générale et les graves conséquences qu’elle aura ».

La compagnie au cœur d’un scandale au Portugal

Selon un communiqué de la compagnie, cette nouvelle grève va entraîner l’annulation de 1 316 vols et affecter 156 000 passagers, ce qui représente des pertes estimées à 48 millions d’euros. Afin d’atténuer les effets de ce mouvement social, TAP a indiqué travailler à la mise en place d’un plan visant à ajuster les horaires des vols et faciliter le remboursement des billets.

Alors qu’elle doit mettre en œuvre un plan de restructuration impliquant d’importantes coupes salariales, TAP s’est retrouvée au centre d’une polémique qui a provoqué une série de démissions au sein du gouvernement portugais. L’affaire, désormais connue comme le « TAPgate », a éclaté lorsque la presse a révélé que l’ex-secrétaire d’Etat au Trésor avait quitté le conseil d’administration de la compagnie aérienne avec une indemnité de 500 000 euros, peu avant de prendre la tête de l’entreprise publique chargée du contrôle aérien, puis de rejoindre l’équipe gouvernementale.

Un plan de sauvetage et des recettes historiques en 2022

Le groupe aérien portugais, dont les difficultés s’étaient accrues avec la pandémie de Covid-19, a été totalement renationalisé dans l’urgence en 2020, en échange de l’application d’un plan de restructuration imposé par Bruxelles. Chiffré à 3,2 milliards d’euros, le plan de sauvetage de TAP prévoyait, entre autres, une diminution de ses effectifs, une baisse des salaires et une réduction de sa flotte.

La directrice générale de TAP, la Française Christine Ourmières-Widener, a indiqué mercredi que la compagnie aérienne avait réalisé l’année dernière l’un de ses meilleurs chiffres d’affaires et envisageait de distribuer 48 millions d’euros à son personnel pour « soulager les coupes salariales » qui lui sont imposées. De l’intention à l’action, il ne manque qu’un pas…

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique