Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Easyvoyage dénonce le commerce des faux avis

| |
Easyvoyage dénonce le commerce des faux avis
Easyvoyage dénonce le commerce des faux avis

Selon le fondateur d’Easyvoyage, les sites marchands peuvent s’offrir des faux avis au prix unitaire de 2 à 10€. Un commerce qui doit cesser.

« La transparence totale, celle qui ne laisse jamais l'homme en repos, se heurte tôt ou tard au principe même de la liberté individuelle », a indiqué le président de la République Nicolas Sarkozy lors du premier e-G8, qui se déroule hier et aujourd’hui à Paris. Le sujet est sensible, à l’heure où les commentaires de voyageurs, soit le web 2.0, font l'objet de critiques nourries. « L’immense succès (ndrl, du web) a hissé progressivement le consommateur au rang de prescripteur, lui permettant d’incarner un rôle d’ambassadeur ou de détracteur, souligne Jean-Pierre Nadir, fondateur d’Easyvoyage, dans une tribune. La prescription devenant tellement prégnante sur l’acte d’achat, toutes sortes de dérives sont apparues. Et, tous les coups sont permis dans la guerre que se livrent ceux qui ont laissé le consommateur prendre le pouvoir de la parole, jusqu’à perdre le contrôle de leur propre image et en subir les conséquences... Ce phénomène a même donné naissance à un nouveau marché : le dépôt de faux avis ».
Les systèmes se sont perfectionnés. « Avant Jean-Claude1976 déposait 700 fois le même avis. Aujourd’hui, ce sont 700 Jean-Claude1976 qui déposent un avis similaire. Certaines sociétés s’en sont faites une spécialité, proposant (depuis l’inde ou Madagascar) de fournir et poster des faux avis, facturés de 2 à 10 euros, selon le domaine de consommation... » D’ailleurs, les consommateurs ne sont pas dupes : selon une étude Testntrust, 74% des internautes sont conscients que certains commentaires sont faux. Au mois de janvier dernier, Frédéric Lefèbvre, secrétaire d'Etat en charge du Tourisme, avait demandé à la DGCCRF d'enquêter sur les avis frauduleux de consommateurs.
Jean-Pierre Nadir y va de ses préconisations, en proposant la mise en place d’une charte avec les engagements suivants : refuser l’anonymat des commentateurs, ne pas financer les avis, supprimer tous les anciens commentaires qui ne seraient pas passés par un processus rigoureux éliminant tout risque de fraude.
« Plus les avis seront crédibles, plus les internautes seront fidèles. C’est bien là le nerf de cette guerre économique », conclut l’éditeur d’Easyvoyage. Sachant qu’une majorité d’acheteurs en ligne se déclare influencée par les commentaires des consommateurs, selon diverses études.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer