Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Rien ne va plus pour United Airlines

Les vidéos du débarquement brutal d'un passager d'un avion surbooké ont provoqué un tollé mondial. Et les conséquences sont nombreuses.

Oscar Munoz, le PDG d’United Airlines, a eu beau présenter ses excuses au passager malmené, et annoncer qu'il ne sera plus fait appel à la police pour expulser des passagers ayant "acheté leur billet (ou) déjà assis" dans l’avion, rien ne va plus pour la compagnie.

Tous les jours, les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour United. Sa cotation boursière a souffert du fiasco en termes de relations publiques. Elle a perdu 255 millions de dollars mardi, avant de reprendre quelques couleurs mercredi.

Un boycott massif en perspective

Sur les réseaux sociaux, les appels au boycott se sont poursuivis mercredi au fur et à mesure que la vidéo de l’expulsion de David Dao continuait à être partagée par les internautes. 270 millions de Chinois ont vu les vidéos en boucle sur le réseau social Sina Weibo alors que la compagnie est le plus gros transporteur de la Chine vers les Etats-Unis, avec 20% des parts de marché.

Des conséquences judiciaires

Enfin l’affaire United Airlines prend une tournure judiciaire. Les avocats de David Dao ont déposé hier en justice une demande en référé pour que soient conservés les enregistrements vidéo et autres preuves. Ils exigent que United Airlines et la ville de Chicago, qui gère l’aéroport international O’Hare d’où l’avion devait décoller, préservent les vidéos de surveillance, les enregistrements audio dans le cockpit et les listes des passagers comme de l’équipage, et les autres informations liées au vol 3411 de United Airlines.

L'image de la compagnie moquée 

Sur le terrain de la communication, l’entreprise est au plus bas. Le 9 mars dernier, Oscar Munoz avait reçu le prix de meilleur communicant américain décerné par le magazine spécialisé PR Week, l’un des médias de référence consacrés à la communication.

Depuis ses concurrents s’en donnent à cœur joie. Le 11avril, Emirates a publié une vidéo sur Twitter obtenant une revanche sur United, qui avait déclaré "ces compagnies [du Golfe]  ne sont pas de vraies compagnies". "Eh bien M Munoz, selon Trip Advisor le plus grand site de voyage du monde, non seulement nous sommes une vraie compagnie aérienne, mais nous sommes la meilleure", tacle Emirates. Le message de fin parodie la devise de la compagnie américaine "Fly the friendly skies" (Volez dans un ciel amical) avec une touche d’humour : "Volez dans un ciel amical, mais sur une vraie compagnie."

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique