Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Réchauffement climatique : ce que proposent les Entreprises du Voyage

Non à la taxe kérosène ! Les Entreprises du Voyage défendent une autre idée, qui risque fort de déplaire aux compagnies aériennes.

« Je suis personnellement très préoccupé par le réchauffement climatique et la planète que nous allons laisser à nos enfants et à nos petits-enfants », a souligné ce matin Jean-Pierre Mas, lors d’une conférence de presse. « Nos clients sont également plus sensibilisés à ce sujet que je l’imaginais », selon un récent sondage réalisé par BVA. « Les acteurs du transport aérien ont la tête dans le sable, les compagnies aériennes campent sur (leurs positions avec) la Convention de Chicago de 1944, qui interdit mondialement la taxation du kérosène. Or en 1944, le réchauffement climatique n’était pas du tout d’actualité. »

Pour le patron des EdV, ll est urgent d’agir, en France pour commencer, soit sur l’ensemble des vols qui décollent ou atterrissent dans notre pays, mais au niveau européen ensuite. « Il ne faut pas de taxer le transport aérien ni le rendre inaccessible ! Il faut que les compagnies aériennes absorbent le CO2 qu’elles produisent », martèle-t-il, « en fonction du type d’avion et de la durée du vol ».

Monter un fonds dédié à la compensation

Son idée, c’est donc la création d’un fonds alimenté par les compagnies, dont l’objectif serait strictement de compenser la production de CO2. « Le transport doit dire, je contribue au réchauffement climatique, et donc je compense. » L’incidence sur le prix serait plus élevée que si l’on mettait en place une taxe sur le kérosène, assure Jean-Pierre Mas. Le patron du syndicat est donc sur la même longueur d’ondes que Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du Monde, lui aussi opposé à une « taxe », fiscale, qui alimenterait le budget de l’Etat. « Ce que je défends, c’est davantage une contribution ‘Planète’, de l’ordre de 10 euros par tonne, pour absorber totalement le carbone, qui serait un élément du prix de revient », nous avait indiqué Jean-François Rial.  » Les sommes collectées ne seraient pas gérées par un fonds qui dépend de l’Etat, mais par des pros, qui ont des projets absorbant le carbone. »

Air France pas enthousiaste

Les EdV pourraient porter leur « proposition » au niveau européen, soit auprès de l’Ectaa. Reste à convaincre tout le monde. L’ensemble des distributeurs (Selectour, Havas, Leclerc…), les TO (Voyageurs du Monde, Club Med), les hébergeurs, le Seto, la SNCF, l’APST sont en phase avec cette proposition. Marc Rochet d’Air Caraïbes aussi, assure Jean-Pierre Mas. Chez Air France, l’idée « n’a pas suscité d’enthousiasme ». La très grande majorité des compagnies aériennes – qui développent elles-mêmes via l’OACI un Régime de compensation de réduction du carbone pour l’aviation international (Corsia) obligatoire dès 2027 – devrait vraisemblablement susciter une volée de bois vert.

« L’intérêt c’est que le transport aérien ne soit plus stigmatisé, comme ce fut le cas à l’égard du gazole », a conclu Jean-Pierre Mas, qui espère désormais convaincre le gouvernement français du bien-fondé d’un fonds dédié. Un défi, d’autant que les compagnies aériennes devraient faire du lobbying afin de torpiller l’idée…

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique