Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Lufthansa : les négociations coincent en Allemagne, demande de prêt pour Austrian

Lufthansa Group a, comme Air France-KLM, un besoin vital d’argent frais. Mais les négociations coincent avec l’Etat allemand.

La compagnie autrichienne Austrian Airlines (AUA), filiale de l’Allemand Lufthansa, demande une aide publique de 767 millions d’euros afin de surmonter l’impact de l’épidémie de Covid-19, a indiqué mardi l’entreprise. « Nous avons déposé ce soir une demande officielle d’aide d’Etat », a déclaré à l’agence de presse APA le porte-parole d’AUA, Peter Thier, mentionnant ce montant de 767 millions d’euros.

Une partie de la somme demandée est constituée de prêts remboursables, l’autre partie étant des subventions directes qui doivent encore être négociées, selon le porte-parole. Ces aides entreraient dans le cadre du fonds de 15 milliards d’euros récemment créé par l’Etat autrichien pour venir en aide aux entreprises via une nouvelle agence de financement baptisée COFAG. La compagnie autrichienne avait ajouté ne pas espérer avant 2023 un retour de la demande à un niveau comparable à celui précédant la crise.

Lufthansa : la faillite plutôt que la nationalisation

L’aide demandée par AUA fait partie des discussions plus larges menées par sa maison-mère, Lufthansa, avec les pouvoirs publics pour éviter la faillite. Le premier groupe européen de transport aérien pourrait recevoir des aides de l’Etat allemand, à hauteur de 9 à 10 milliards d’euros, selon l’agence de presse allemande DPA, qui cite des sources gouvernementales. Lufthansa est également en discussion avec les gouvernements de Belgique et de Suisse, autres pays où le transporteur est implanté.

Le gouvernement autrichien, dirigé par les conservateurs et les écologistes, souhaite assortir son aide d’une contrepartie environnementale. Celle-ci pourrait notamment comprendre une réduction des court-courriers et un investissement dans les carburants verts. Selon le quotidien autrichien Kurier, les discussions de Vienne avec Lufthansa porteraient également sur une prise de participation de l’Etat autrichien dans le groupe allemand, qui n’y serait pas favorable. Quelque 7.000 personnes sont actuellement salariées d’AUA, qui n’a pas détaillé l’impact sur l’emploi de la restructuration à venir.

D’après notre confrère de Déplacements Pros les négociations entre Lufthansa et l’Etat allemand vont au plus mal. Lufthansa menace d’avoir recours à un dispositif législatif propre au droit allemand : une sorte d’auto-faillite et, donc, une organisation de son insolvabilité rendue possible pour les entreprises qui sont saines mais ayant connu des difficultés en raison de circonstances particulières. La « Luft » pourrait le cas échéant se débarrasser de nombreuses charges, comme dans une insolvabilité ordinaire.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique