Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Snav tend la main à l’association ATES

Mardi, l’Association pour le tourisme équitable et solidaire (ATES) a organisé une table-ronde sur le tourisme équitable, avec le soutien de la mairie de Paris.

« Nous avons le volume, vous avez la méthode », a déclaré Christian Orofino, co-président de la Comission tourisme durable au Snav (et directeur général de Austro Pauli Visit France). Le message était adressé aux membres de l’ATES, qui ont organisé mardi une table ronde pour présenter leur conception engagée du voyage. L’association a salué la démarche volontaire du syndicat, qui est nouvelle. Mais dans l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris, quelques voix ont émis des doutes sur la possibilité d’injecter de « l’éthique » dans le « tourisme de masse ».

Pierre Vidal, vice-président de l’ATES, a trouvé un terrain probable de travail commun entre « associations » non lucratives et « marchands » : la communication auprès du public. « Nous devons faire évoluer le touriste, pour qu’il relève ses niveaux d’exigence », a relevé Pierre Vial. Ce qui passe par une campagne de masse, facile à orchestrer pour les poids lourds du voyage. Les acteurs du tourisme équitable ont le savoir-faire, les TO et agences classiques maîtrisent le faire-savoir.

Reste à trouver des valeurs communes. Les grands voyagistes auront toujours du mal à promouvoir les voyages en petits groupes de 10 personnes.

Hébergé par l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air, l’ATES a fait voyager 6000 personnes l’an dernier, pour un volume d’affaires cumulé de 5M€. Tous ses membres s’engagent à réinjecter, sur le montant de chaque voyage, 3% à 7% du prix dans des projets de développement local.