Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Google Flights s’ouvre… au train

C'est surprenant, mais logique : Google ouvre son comparateur de vols aux liaisons ferroviaires, afin de développer le multimodal.

 

Google s'attaque au rail non pas avec la SNCF, mais avec son cousin allemand Deutsche Bahn. Depuis ce lundi 26 octobre, Google Flights permet effectivement aux internautes de comparer certains trajets en train à travers l’Europe, explique le géant américain sur son blog Travel. Cette évolution assoit le metasearch comme outil multimodal en devenir dans l'esprit des GDS, avec un affichage avion/train susceptible d’intéresser les voyageurs d’affaires et loisirs. Pour mémoire, le comparateur du groupe de Mountain View agrégeait jusqu’alors des vols intérieurs comme internationaux.

Avec Deutsche Bahn, Google Flights embarque désormais 56 destinations à travers près de 400 trajets, en Allemagne bien sûr, mais aussi en Europe du Nord : Suisse, Autriche, Belgique, Pays-Bays, Luxembourg, République Tchèque, Pologne et Danemark.

Quid de la SNCF ?

En France, certains itinéraires, assurés par la compagnie allemande, sont également disponibles dès aujourd'hui. A commencer par 16 destinations au départ ou à l’arrivée de Strasbourg : Munich, Stuttgart, Karlsruhe, Cologne, Dortmund, Düsseldorf, Francfort…

Pour bien couvrir la France, Google aura besoin, à terme, d’accéder à la SNCF. Dans un tel dessein, des négociations sont-elles en cours ? Réponse d’un porte-parole du moteur de recherche, à Paris : "Notre ambition est d’étendre notre service à d’autres pays, pour répondre au mieux aux attentes des utilisateurs. Et ce, en collaboration avec nos partenaires. Mais à ce stade, nous ne communiquons pas sur d’éventuelles négociations ou extensions".

Affaire à suivre, donc, sachant que Guillaume Pepy, PDG de la SNCF, a déjà montré de solides réserves à l’égard des ambitions de Google. C’était dans une lettre ouverte publiée en septembre 2012 dans le quotidien Le Monde, et cosignée par Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du Monde. Les deux patrons fustigeaient alors l’hégémonie des géants du Net, et s’interrogeaient : "Comment se gère le conflit d'intérêts entre la position de moteur de recherche, neutre et encyclopédique, et des activités commerciales, choisies et intéressées ?" Reste à savoir si Guillaume Pepy continuera de faire de la résistance, alors que l’un de ses partenaire et concurrent principal fait le jeu de Google…

Exemple de réponses à une requête entre Munich et Strasbourg.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique