Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Etihad Airways triple son bénéfice en 2012

La compagnie aérienne a gagné 42 millions de dollars en 2012, pour un chiffre d’affaires de 4,8 milliards. Elle compte passer de 10 millions de passagers cette année à 25 millions en 2017.

Etihad Airways vient de publier un bénéfice net de 42 millions de dollars (31 millions d’euros) pour l’année 2012. Une croissance de 200% par rapport à l'année 2011, où elle dégageait ses premiers bénéfices.

La compagnie aérienne fondée en 2003 par l’émirat d'Abu Dhabi, se développe rapidement. En 2012, ses revenus ont progressé de 17% à 3,5 milliards d’euros, et son nombre de passagers de 23% à 10,3 millions.

Une stratégie d'alliance

La compagnie doit une partie de cette progression à l’ouverture de nouvelles lignes comme Shanghai, Nairobi ou Lagos, et au renforcement de ses capacités vers Düsseldorf, Bangkok ou Istanbul. Mais l’essentiel de la croissance est liée à sa stratégie d’alliance. En 2012, Etihad Airways a multiplié les prises de participation dans Air Berlin (29%), Air Seychelles (40%), Virgin Australia (9%) et Aer Lingus (3%).

Elle a également signé 12 nouveaux accords de codeshare, portant le total de ses partenaires à 41. Une stratégie qui a apporté plus de 1,2 million de passagers sur le réseau Etihad Airways en 2012, dont 300 000 nouveaux passagers via Air Berlin. L’alliance majeure conclue avec Air France en octobre dernier pourrait également avoir contribué à ces résultats, bien qu’aucun bilan n’ait été communiqué.

25 millions de passagers en 2017

Pour 2013, Etihad devrait poursuivre sa croissance, probablement à deux chiffres, grâce à la livraison de 14 appareils et l’ouverture de nouveaux vols vers Washington, Sao Paulo ou Ho Chi Minh Ville. A plus long terme, le PDG de la compagnie, James Hogan, a indiqué qu’Etihad projetait de transporter 25 millions de passagers en 2017 pour 100 destinations et 168 avions, contre 70 en 2012.

James Hogan a par ailleurs annoncé qu’il n’annulait pas sa commande de 41 Dreamliner. "Nous avons de solides relations avec Boeing. Le 787 est un bon avion et ce n'est pas inhabituel pour les nouveaux appareils d'avoir des problèmes techniques. Nous n'avons aucun doute que ces problèmes seront résolus", a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique