Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Après une forte perte semestrielle, Accor supprime 1 000 emplois

Le géant français de l’hôtellerie Accor annonce un plan d’économies prévoyant la suppression de 1 000 emplois dans le monde.

Comme l’ensemble de l’industrie hôtelière, Accor souffre des conséquences de la pandémie suite aux fortes restrictions de voyage dans le monde. Sa direction prépare un plan d’économies visant à réduire ses coûts récurrents de 200 millions d’euros d’ici 2022, selon un communiqué de presse. Cette restructuration prévoit la suppression d’un millier d’emplois dans le monde, sur un total de 18 000, a précisé le directeur général adjoint Jean-Jacques Morin, lors d’une conférence de presse téléphonique. Les suppressions d’emplois vont « toucher l’ensemble des entités du groupe », a-t-il précisé.

Une perte de 1,5 milliard d’euros

Le sixième groupe hôtelier mondial a basculé dans le rouge au premier semestre avec une perte nette de 1,5 milliard d’euros, due principalement à des dépréciations d’actifs en raison de la pandémie. L’entreprise avait dégagé un bénéfice de 141 millions d’euros sur la même période l’an dernier. Quant au chiffre d’affaires, il a été divisé par deux, à 917 millions d’euros.

« Les mauvaises performances du premier semestre reflètent l’environnement extraordinaire lié à la crise du coronavirus », a commenté Jean-Jacques Morin.

Paris en souffrance

Accor a été contraint de fermer pendant plusieurs mois une grande partie de ses hôtels à la suite de la pandémie de Covid-19. En France, la majorité des établissements était encore fermée au cours du mois de juin. Paris et la région parisienne souffrent davantage que la province en termes de RevPar, souligne le communiqué.

Le groupe, qui compte des enseignes comme Ibis, Sofitel ou Pullman, coiffe 747 805 chambres dans 5 099 hôtels.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique