Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Uber assure enfin ses chauffeurs

Début mars, le gouvernement avait annoncé qu’il comptait conclure un accord avec les plates-formes collaboratives pour améliorer la protection sociale de leurs collaborateurs. Lors du sommet « Tech for Good » organisé mercredi 23 mai par l’Elysée, les géants mondiaux du numérique on annoncé des mesures de protection sociale, d’éducation et d’investissements. C’est le cas d’Uber.

La plate-forme de réservation de voitures avec chauffeur (VTC) Uber, dont les pratiques sociales sont souvent mises en cause, a annoncé la mise en place de nouvelles protections pour ses chauffeurs et coursiers en Europe.

Financée par Uber et proposée en partenariat avec l’assureur français Axa, elle couvrira des événements survenus en course et en dehors des courses, à partir du 1er juin. Elle « sera disponible gratuitement et sans engagement pour plus de 150 000 partenaires éligibles utilisant l’application Uber en Europe, dont plus de 35.000 en France », a indiqué la plate-forme dans un communiqué.

Minimum 150 courses

Concrètement, la nouvelle protection permettra de couvrir les coûts ou les pertes de revenus générés par des blessures pendant une course. En dehors des courses, la protection couvrira « tous les événements majeurs de la vie », promet la compagnie américaine, citant notamment les maladies graves, les blessures ou encore l’arrivée d’un enfant. La protection du revenu sera également garantie en cas d’arrêt de travail.

Pour pouvoir en bénéficier, un chauffeur « doit avoir complété 150 courses dans les huit semaines précédant l’incident ». Le seuil est fixé à 30 pour un coursier chargé de la livraison de nourriture (pour son offre Uber Eats).

Booking s’engage aussi

La compagnie s’est régulièrement trouvée sous le feu des critiques, ses collaborateurs dénonçant la précarité de leur statut d’indépendant, avec des conditions de travail dégradées ou encore des risques d’accidents. Pour y répondre, Uber avait notamment mis en place une protection sociale pour ses chauffeurs en France en octobre 2017, avant de l’étendre aux coursiers en janvier dernier. L’Elysée s’est félicité de cette annonce. Uber s’était comporté comme « un passager clandestin », mais maintenant « se met dans la position d’une entreprise qui remplit son rôle », ont estimé ses conseillers.

Autre annonce du sommet « Tech for Good » : Booking.com s’engage à soutenir des start-up dans le tourisme durable, pour 5 millions d’euros en 2018.