Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Stress : comment éviter de le transmettre à ses salariés ?

Dans une période agitée, entre crise économique, forte concurrence et nouveaux modes de consommation, les responsables de PME doivent mobiliser leurs équipes, sans communiquer de stress.

Mon avis…

Par David C. Bardy, Consultant international en management et dynamique commerciale.

 

Insomnies chroniques, poussées d'angoisse, épuisement… le stress n'est pas sans conséquence sur la santé d'une PME et de ses salariés. Mal géré, il débouche souvent sur un problème de communication entre le dirigeant et ses employés, un management plus sec et expéditif, des décisions précipitées, une énergie et un potentiel mal utilisés, une irritabilité voire une démotivation au travail. À long terme, un excès de stress embrouille l'esprit et forme un cocktail négatif. D'où l'importance, pour les employeurs – comme pour les employés – de découvrir son origine et d'agir.

La personnalité du chef d'entreprise est un élément clé. Certains sont capables de transformer naturellement le stress en énergie productive. D'autres s'enferment dans une tension négative qu'ils communiquent à leur entourage. La solution pour éviter ce type de situation ? Une remise en question permanente du manager afin de transformer la perception tendue de son environnement en « calorie positive ». Car le dirigeant est l'élément moteur d'une affaire. À force de dire que la situation est critique, que le marché est tendu, on finit par créer le pessimisme autour de soi. Qu'il y ait situation de crise ou pas, il ne faut en aucun cas transmettre ses états d'âme à son équipe. À l'inverse il faut démystifier une période de basse conjoncture, en établissant un tableau clair et objectif de la situation, et mettre en place une stratégie constructive capable de motiver et d'entraîner l'adhésion de l'ensemble des employés.

Le stress n'est pas toujours négatif. Il existe aussi un stress positif dont ont besoin certains managers pour être compétitifs et entraîner les salariés vers la réalisation d'un objectif commun. La démarche doit alors être volontaire, incitative et en aucun cas coercitive.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique