Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Situation au Sri Lanka : un réceptif témoigne

Après plusieurs jours de très vives tensions, la situation semble s’apaiser au Sri Lanka. Joint jeudi matin par L’Echo touristique, Nihal IIleperuma, réceptif gérant actuellement 236 touristes en circuit dans tout le pays, dont 90% de Français, témoigne. “Le couvre-feu a été levé, confirme-t-il. Il sera à nouveau imposé à partir de 18h ce soir et jusqu’à 6h du matin demain, mais c’est une décision prise par précaution, pour assurer la sécurité publique.”

« Tous nos clients vont bien »

Suite à une vague de violence intercommunautaire dans la région de Kandy (Digana, Teldeniya, Pallekele, centre du pays). Les autorités ont en effet déclaré mardi l’état d’urgence dans tout le pays et instauré un couvre-feu dès lundi dans le district de Kandy. Pour Nihal IIleperuma, le traitement médiatique de cette situation est excessif. “Même si ce qu’on l’on voit dans les médias est vrai et que les images sont bien réelles, leurs interprétations sont exagérées par rapport à la situation actuelle, déplore-t-il. C’est nous qui faisons l’expérience de cette situation sur place, nous connaissons mieux la vérité. Ce qui se passe se limite à un petit quartier dans la région de Kandy. Le gouvernement a pris ses précautions pour contrôler l’aggravation de cette situation et pour éviter qu’elle ne se propage. Dans toutes les villes, y compris à Colombo, la vie quotidienne se poursuit comme d’habitude. Tous les touristes qui sont dans ces villes continuent de découvrir le pays et profitent bien de leur séjour. Les touristes qui sont arrivés avec nous à Kandy hier ont déjà visité le temple de la dent et ce matin ils se rendent au jardin botanique. (…) Tous nos clients vont bien et poursuivent leur séjour sans désagrément majeur.” Intervenant au plus fort de la saison, ces événements font craindre une vague d’annulations. Ce n’est pour le moment pas le cas, assure Nihal IIleperuma. “Nous n’avons reçu aucune annulation et à Kandy, aucune visite n’a dû être annulée”, assure Nihal IIleperuma.

La situation revient « rapidement à la normale »

Des informations qui confirment le dernier communiqué officiel de l’OT sri lankais, sur place. “La situation sur Kandy s’améliore et la région revient rapidement à la normale. Aucun incident violent n’a été rapporté au cours des dix-huit dernières heures. En conséquence, le couvre-feu a été levé par la police et les touristes peuvent reprendre leurs déplacements à Kandy.” Si l’alerte publiée par le Quai D’Orsay le 6 mars reste toujours valable à l’heure actuelle, les voyages au Sri Lanka ne sont pas déconseillés.

De son côté, le Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto) comptait mardi plus de 1000 personnes sur place, dont les deux-tiers en circuit. “Concernant les programmes en cours, selon les premières informations remontées du terrain, l’ensemble des opérations se déroulent normalement, y compris à Kandy”, soulignait alors le Seto lors de la dernière actualisation de la situation. D’après les recommandations internes pour les forfaits, les voyages vers le Sri Lanka peuvent se dérouler normalement, indiquait mardi le Seto. “Les tour-opérateurs, en coopération avec leurs réceptifs, continuent à suivre l’évolution de la situation locale et, le cas échéant, procèdent à des adaptations des programmes de circuits et excursions (…). En France, les TO informent leurs distributeurs et clients de la situation sur place. Les conditions générales restent en vigueur. » Ces recommandations peuvent bien sûr évoluer à tout moment en fonction de l’évolution de la situation locale.

“Nous sommes passés par trente ans de guerre et 30 ans d’état d’urgence, reprend Nihal IIleperuma. On ne compte plus le nombre de jours au cours desquels le couvre-feu a été imposé pendant ces trente ans. (…) Ça a pété un peu partout, dans toutes les villes, y compris Colombo, Galle, Kandy, mais jamais un touriste n’a été blessé, insiste-t-il. Nous sommes tristes et choqués d’apprendre que cette situation s’est recréée ces derniers jours. Mais nous espérons que c’est maintenant terminé.”