Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Se réinventer

Peut-on se passer du tourisme d’affaires et des événements à caractère professionnel? Et au-delà, les entreprises doivent elles se couper d’un mode de communication qui, jusqu’à maintenant, à su faire la preuve de son efficacité? À la première question, les garants de la rentabilité et de la rationalisation des dépenses des sociétés répondent volontiers par l’affirmative, portés notamment par l’existence de solutions virtuelles de plus en plus nombreuses pour échanger depuis les quatre coins du monde. Un point de vue que la crise économique est venue bien aisément conforter. À y regarder de plus près, certes les opérations de communication événementielle sont plus courtes, moins lointaines et répondent à une exigence d’efficacité impérieuse. L’ostentatoire, la fête et, à une moindre échelle, les loisirs sont proscrits de tout discours et de beaucoup de budget. Sans disparaître du champ de la communication, les réunions cependant demeurent et se réinventent. Et les professionnels également.

Les spécialistes du tourisme d’affaires et de l’événement corporate savent désormais que leurs maîtres mots doivent être adaptabilité – ce qui, rappelons-le au passage, est une vertu que leurs clients pourraient leur reconnaître depuis longtemps – et valeur ajoutée. Cette dernière n’est pas à rechercher dans des jetées de paillettes et des boules à facettes, mais dans un message à mettre en scène et à délivrer de manière pertinente. C’est bien ce qu’attendent d’eux des clients exigeants mais qui, paradoxalement, ne se dotent pas des moyens de leurs ambitions. Mieux, les entreprises n’hésitent plus à faire appel à de purs logisticiens, qui délivrent des prestations packagées, nettes et sans bavures, mais sans réel concept. « C’est quoi l’idée? » pour reprendre le titre d’un ouvrage de Philippe Michel, l’un de nos grands noms de la création publicitaire. La réponse reste toujours à chercher dans la cour des clients organisateurs…

Laurence ROUSSEAU
Directrice de la rédaction

Réagir à cet article