Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ryanair investit 170 millions d’euros pour ouvrir une base à Beauvais

Après Marseille, Bordeaux et Toulouse, c’est la quatrième base que Ryanair installe en France. Plus de 2 300 emplois devraient être créés.

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a annoncé mercredi qu’elle prévoyait d’ouvrir une nouvelle base française à Beauvais, dans l’Oise, à partir du mois de décembre. Et ce, malgré la pandémie de nouveau coronavirus et la chute du trafic aérien.

«Nous sommes ravis d’annoncer un investissement de 200 millions de dollars (171 millions d’euros) pour la quatrième base française de Ryanair, à l’aéroport de Paris-Beauvais. Ce développement permettra de créer plus de 2 300 emplois directs et indirects», assure Jason McGuinness, directeur commercial de la low-cost. Ryanair dispose déjà de bases à Marseille, Bordeaux et Toulouse.

Jason McGuinness ajoute que l’aéroport Paris-Beauvais continue de proposer «des redevances aéroportuaires compétitives, ce qui constitue un moyen d’accroître le trafic et d’ouvrir de nouvelles lignes pour la quatrième base française de Ryanair». La nouvelle base permettra de relier la région parisienne à 13 pays européens.

Réduction des vols en octobre

La compagnie low cost avait annoncé la semaine dernière réduire encore ses vols pour octobre, mois au cours duquel elle tournera à 40% de ses capacités en raison de l’impact sur la demande des restrictions aux déplacements décidées par les gouvernements pour enrayer la pandémie.

Des restrictions aux déplacements souvent fustigées par le patron du groupe Michael O’Leary, à l’instar de la quarantaine exigée au Royaume-Uni au retour de plusieurs pays.

Face à ce contexte, Ryanair a annoncé un plan de restructuration qui passe par la suppression de 3 000 emplois. Le groupe Ryanair, qui comprend également les compagnies Buzz, Lauda et Malta Air revendiquait 149 millions de passagers par an avant la pandémie et quelque 17 000 employés.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique