Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pierre & Vacances : avec la recapitalisation, Gérard Brémond ne sera plus aux manettes

En négociations depuis plusieurs mois pour une recapitalisation et une importante conversion de dettes, le groupe s’apprête à vivre de grands changements. Avec, notamment, la fin du pilotage et du contrôle du groupe par son fondateur, Gérard Brémond.

L’opération a reçu un accord de principe des principaux créanciers financiers du groupe. Une injection de 200 millions d’euros de fonds propres est prévue ainsi qu’un « désendettement massif, notamment par la conversion en capital de plus de 550 millions d’euros de dettes », indique un communiqué.

Le groupe a conclu un accord d’exclusivité de négociations jusqu’au 31 janvier avec un groupe d’investisseurs composé d’Alcentra et Fidera (créanciers du groupe) et Atream (bailleur). Le capital de la société serait totalement transformé à l’issue de l’opération, explique Pierre & Vacances : les actionnaires actuels détiendraient « entre 2,1% et 16,4% » du capital, et les investisseurs « entre 42,6% et 56,8% ».

Gérard Brémond deviendrait « salarié »

Dans l’opération envisagée, Gérard Brémond, fondateur du groupe et qui détient toujours 49,6% du capital via la holding familiale Siti, deviendrait « salarié » d’une des entités du groupe, avec « pour mission d’accompagner le groupe dans sa transition et bénéficierait à ce titre d’un plan distinct d’attribution gratuite d’actions de préférence convertibles en actions ordinaires en trois tranches ».

Gérard Brémond deviendrait également actionnaire « à hauteur de 70% du capital » d’une société immobilière à créer : celle-ci assurerait « certains services » (gestion d’actifs…) à une foncière, qui reste elle aussi à créer – par Atream avec d’autres partenaires institutionnels. Cette foncière serait chargée d’acquérir et de louer les futures résidences du groupe.

L’opération envisage également la mise en place d’une nouvelle gouvernance avec un conseil d’administration composé « de 8 ou 9 membres », dont Franck Gervais, l’actuel directeur général.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique