Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Net Managers : une leçon chinoise

Oubliez Google, bonjour Baidu ! Nous sommes cette semaine à Pékin. Premières impressions de l’immense marché chinois, où nous avons côtoyé ses plus grandes agences de voyages en ligne.

Net Managers fait cette année étape à Pékin, pour quatre jours. 50 décideurs français sont ainsi immergés dans une Chine peuplée de mobiles, d’idéogrammes et de QR Codes. Les Frenchies ont vite oublié Google – ici Baidu est roi – mais aussi WhatsApp. Tout le monde communique avec WeChat, cette application comptant un milliard d’utilisateurs.

Mobile very first

En ce premier jour de la conférence organisée par Eventiz, les net Managers participent à la 3e édition de Tripvivid, un événement B2B majeur réunissant tout l’écosystème du voyage. Les principales agences en ligne chinoises ont pitché, ce qui a permis de prendre le pouls de l’e-tourisme.

Internet est devenu la première source d’information des Chinois, a rappelé Ctrip.com, la plus grande agence chinoise de voyages en ligne (avec une valorisation de 22 milliards d’euros). Et tout passe par le mobile dans l’Empire du Milieu, c’est l’un des enseignements clés de la journée. Le pays compte près de 800 millions d’internautes, parmi lesquels plus de 90% accèdent à Internet via le mobile.

Légende : tourisme émetteur en rouge, dépenses touristiques en bleu

Des OTAs rompues aux réseaux sociaux

Les réseaux sociaux, eux, constituent le vecteur privilégié des Millennials pour partager leurs expériences de voyage. S’il est un point commun avec la France, c’est sans doute l’intérêt pour cette génération, qui voyage différemment, et crée des touristes plus individuels. Chez l’agence en ligne Meituan, 70% des utilisateurs sont nés après 1985. A travers l’appli de messagerie WeChat, qui facilite les paiements, sa concurrente Ly.com permet d’ailleurs la réservation de chambres d’hôtel et de billets d’avion. Alipay (Alibaba) et WeChat Pay (Tencent) sont devenus tout puissants, ce qui dispense de transporter des espèces, et donc limite le risque de vol…

Cette agence en ligne (aussi appelée « Tongcheng-Elong ») a évoqué le pouvoir des KOL (Key Opinion Leaders), ces influenceurs qui font en Chine la pluie et le beau temps sur Sina Weibo, le Twitter chinois. Ly.com a par ailleurs vanté le pouvoir de Douyin, une application sur laquelle les voyageurs postent de courtes vidéos plutôt drôles. Les posts peuvent générer des millions de vues. C’est la force de frappe d’un pays peuplé de 1,4 milliard d’habitants…

Une table ronde de la « French Connection »

« Le marché intérieur est tellement colossal qu’il est facile de comprendre le succès des entreprises chinoises. La croissance, la capacité d’investissement, la vision portent la demande », a commenté Serge Laurens, directeur marketing, digital et expérience client de TUI France.

La destination France, elle, a attiré 2,2 millions de touristes chinois l’an dernier, après une année 2016 en recul notamment à cause des attentats, des grèves, des vols de touristes chinois. De source diplomatique, 2018 s’annonce meilleure. Mais la part de marché de la destination tend à décroître. « Notre ancien premier ministre avait fixé un objectif de 5 millions », a rappelé Catherine Oden, directrice France d’Atout France à Pékin, lors d’une table ronde réunissant des décideurs français.

Yariv Abehsera, président de Travelfactory, a notamment vanté le domaine skiable français, et sa capacité à accueillir des visiteurs internationaux : « Les 11 stations de ski de la Compagnie des Alpes accueillent 40% de clientèles étrangères ». Un message fort à l’heure où les Chinois s’ouvrent aux plaisirs de la glisse, une tendance qui pourrait s’accentuer avec les JO d’hiver à Pékin en 2022. Promovacances, lui, a commencé à travailler avec des groupes chinois, pour les emmener au Maroc, a souligné Sophie Pailler, directrice des ventes du groupe qui possède Fram. Un début, sur un marché aussi immense que complexe, où l’anglais est assez peu maîtrisé.

La table ronde des décideurs français dans le cadre de Trivivid, lors d’une journée organisée avec l’aide de la banque d’affaires Cambon Partners.

A lire aussi, sur le même sujet :