Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les compagnies européennes dénoncent les profits des aéroports

Lors de son forum, l'Association des compagnies aériennes européennes est revenu sur deux sujets majeurs à ses yeux : les tarifs des aéroports, qu'elle juge prohibitfs. Et les taxes, qu'elle considère comme une entrave majeur à la croissance de l'aéronautique européen.

La semaine dernière l’A4E , la plus grande association aérienne d'Europe (Air France KLM, , easyJet, Finnair, International Airlines Group (IAG) , Lufthansa Group, Norwegian, Ryanair) est revenue sur les résultats d'une étude de York Aviation sur "le coût et la rentabilité des aéroports européens ". Cette étude estime que les passagers paient des redevances aéroportuaires excessives, en particulier dans tous les aéroports monopolistiques et tous ceux qui fonctionnent avec le système de double caisse.

D’après l’étude, le résultat d'exploitation (EBITDA) de l'échantillon des aéroports pris en compte était de 46%, tendant à démontrer les niveaux extraordinaires de rentabilité des plus grands aéroports d'Europe.

Une législation pour s'attaquer à l'abus des aéroports ?

"Nous attendons avec impatience le processus d'évaluation de la Commission européenne (CE) afin de lutter contre l’abus de pouvoir du marché des aéroports européens, a déclaré Thomas Reynaert, directeur général d'A4E. Nous espérons la mise en place d’une législation pour s'attaquer aux rendements supernormaux des aéroports, qui sont mauvais pour les consommateurs, mauvais pour le tourisme, mauvais pour les économies nationales. La prolifération des aéroports à double caisse (comme CDG) démontre que les aéroports ne fonctionnent pas dans un marché concurrentiel et qu'ils abusent de leur pouvoir." A4E estime essentiel le fait que les régulateurs nationaux de la concurrence disposent de ressources adéquates pour créer des règles du jeu équitables.

Dans un second temps, l’A4E est revenu sur l'impact économique des taxes aériennes en Europe. Grâce à un rapport de PwC, les transporteurs européens estiment que les taxes totales supportées par les passagers aériens ont atteint 6 milliards d'euros en 2017. Selon le rapport, la suppression des taxes aériennes à travers l'Europe stimulerait l'activité économique, et engendrerait un montant équivalent grâce aux recettes des impôts indirects.

110 000 nouveaux emplois d'ici 2030

La suppression des taxes dans l'Espace économique européen (EEE) augmenterait le PIB européen de 215 milliards d'euros au cours des 12 prochaines années. Notamment de 10,5 milliards d'euros supplémentaires en 2018, puis 25 milliards d'euros par an d'ici 2030. Toujours d’après le rapport, l'abolition des taxes créerait 47 000 emplois dans les deux années suivantes (et un total de 110 000 nouveaux emplois d'ici 2030).

Dans le secteur aérien, la "suppression des taxes sur les passagers aériens ajouterait plus de 45 millions de passagers d’ici 2020, avec plus de la moitié des touristes", a ajouté Reynaert. Le rapport estime que ces passagers permettraient de gagner 8,9 milliards d'euros d'ici à 2020.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique