Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La grève des contrôleurs aériens pénalise fortement Vueling

En colère contre les grèves des contrôleurs aériens, notamment celles qui se déroulent à Marseille, Javier Sánchez-Prieto, le PDG de Vueling a écrit aux institutions françaises pour demander que le mouvement cesse.

Dans un communiqué, Javier Sanchez-Prieto, le président de Vueling s’inquiéte des mesures prises par les contrôleurs aériens de Marseille pour exercer leur droit légitime de grève. Dans cette missive adressé à Patrick Gandil, le directeur de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) et à Elisabeth Borne, la ministre des Transports, il rappelle qu’au cours des cinq derniers mois de cette année, la compagnie ibérique avait subi une augmentation de 300% du nombre de jours de grève du secteur aérien français, que ce soit dans le cadre d’actions générales ou plus spécifiques, et particulièrement au centre de contrôle de Marseille.

La low cost du groupe IAG insiste particulièrement sur la situation à Marseille, où les contrôleurs du ciel ont déjà fait grève 9 jours en un mois et demi, alors que de nouveaux débrayages sont prévus le week-end prochain. Pour la compagnie, qui possède son hub principal à Barcelone, 50% de ses liaisons survolent quotidiennement l’espace aérien de Marseille.

Grève, panne et fermeture de piste

Selon Javier Sanchez-Prieto , « à ce jour, 242 906 clients Vueling ont été directement affectés par les actions des employés de Marseille ». Parmi eux 71,9% ont été affectés par des retards pouvant atteindre jusqu’à 200 minutes.

Depuis le début du conflit, Vueling a perdu en moyenne 24 points de ponctualité, car au aux grèves à répétition se sont ajoutés le problème électrique à l’aéroport d’Amsterdam et la fermeture d’une piste pendant une heure à l’aéroport de Barcelone – El Prat.

Avec ce courrier adressé à la DGAC, le président de Vueling espère minimiser l’impact de ces grèves, garantir la liberté de voyager des personnes et la liberté de fournir les services. Selon lui, il est nécessaire de recourir à l’arbitrage.