Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

« Je trouve réducteur que les ZTI ne concernent que 4 villes »

Si le maire de Deauville salue la décision du Gouvernement d'instituer la création des ZTI (Zones touristiques internationales), il reste dubitatif quant à leur portée.

L'Écho touristique : La loi Macron vient d'entériner la création des Zones touristiques internationales au sein de quatre destinations, parmi lesquelles Deauville. Qu'est-ce que cela implique comme changements par rapport aux dispositions actuelles ?
Philippe Augier : Pour Deauville, cela n'a qu'un seul impact, à savoir l'ouverture des magasins en soirée. En tant que zones touristiques, nous avions déjà la possibilité d'ouvrir le dimanche. Maintenant, tout dépend du périmètre qui sera concerné par l'ouverture le soir et qui sera défini dans le décret d'application.

Ouvrir les commerces en soirée, est-ce envisageable à l'année pour une destination comme Deauville ?
Deauville vit toute l'année grâce aux vacances et aux week-ends qui s'échelonnent plus longuement dans le temps. Après, il reviendra à chaque commerçant de décider ce qu'il veut faire.

Quelles seront les retombées économiques à en attendre ?
Il y a certainement un accroissement du chiffre d'affaires à espérer avec ces ouvertures prolongées, notamment grâce à la clientèle d'affaires et de congrès, ou encore les festivaliers, qui sont occupés toute la journée et donc disposent de peu de temps pour faire du shopping.

Si le choix d'implanter ces zones à Paris semble évident, Nice, Cannes et Deauville ont-elles été choisies en fonction de leur visibilité à l'international ?
Le gouvernement a certes voulu choisir des destinations internationales, mais il en manque ! Pourquoi cela ne s'applique pas à Bordeaux, Lyon, Lille ou encore Saint-Tropez ? De plus, même si Deauville est en pointe sur l'accueil de touristes étrangers, la destination fonctionne avec Trouville, qui elle n'est pas concernée. J'ai beaucoup discuté avec les parties prenantes à l'élaboration de cette loi sur le sujet plus global du tourisme en France. Aussi, le gouvernement savait que j'étais favorable à cette disposition d'ouverture, mais je trouve réducteur que cela ne concerne que quatre villes.

Vous êtes également le président de l'association France Congrès. Pensez-vous que cette décision favorisera la compétitivité de la France sur le marché du MICE ?
Je ne pense pas que cela favorise la compétitivité mais plus certainement les retombées économiques pour la destination France. Pour Paris, les ouvertures le dimanche vont dans le bon sens et améliorent l'offre, pour les autres destinations qui ouvraient déjà le dimanche, les bénéfices restent à voir. Mais il est certain que le Gouvernement et le secrétariat d'État au Tourisme sont pleinement conscients de l'importance de l'activité congrès et événements. C'est donc une bonne décision, qui reste cependant à améliorer.

%%HORSTEXTE:1%%

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique