Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Jackpots

Trois jours avant l’annonce de ses résultats semestriels, le Club Méditerranée a finalisé la cession de sa filiale Jet tours à Thomas Cook, une information dévoilée voici trois semaines par L’Echo Touristique. L’opération financière est belle: le montant de la transaction, 70 M€, ne représente qu’une petite ristourne par rapport aux 75 M€ pour lesquels le groupe allemand avait précédemment refusé, fin 2007, cette acquisition.

Doublée de la vente des salles de gym, ce sont finalement 130 M€ qui vont tomber, à point nommé, dans les caisses du Club. Une véritable bouffée d’oxygène pour un groupe qui doit rembourser au 1er novembre les 140 M€ de son emprunt Océane. On peut toutefois se demander si le Club sera en mesure de renouveler cet exploit en 2010 quand il devra, pour la même raison, à nouveau débourser 150 M€ ?

Le concept du ?haut de gamme convivial et multiculturel? devra, d’ici là, montrer toute sa pertinence dans les comptes. Et se refléter aussi positivement dans le cours de bourse afin d’écarter toute possibilité d’un raid inamical, à l’heure où le pacte d’actionnaires vient d’arriver à son terme entre Accor, Air France-KLM et la Caisse des Dépôts et de Gestion du Maroc. Pour Jet tours, qui fête tout juste ses 40 ans, débute une nouvelle vie adossée au numéro 2 européen du tourisme.

Une situation bien plus confortable que de finir dans le portefeuille d’un quelconque fonds de pension. Cela représente, en outre, une belle revanche pour le TO qui, à l’agonie en 1998, fut cédé par Air France pour… 1 franc symbolique. Pour Thomas Cook, la reprise de Jet tours est enfin l’occasion de mettre la main sur le savoir-faire d’un TO dont l’équipe de production viendra renforcer le développement de sa propremarque distributeur.

De quoi inquiéter certains patrons de réseaux concurrents. Pourront ils pour autant se passer de la marque et des stocks de ses Eldorador? Rien n’est moins sûr, d’autant que d’autres TO passés en des mains germaniques sont toujours largement distribués, toutes enseignes confondues.

Tel Marmara, détenu par TUI Travel, qui se paie même le luxe de repartir chaque année avec sa moisson de récompenses lors des remises de prix organisés par ces mêmes réseaux.

Stéphane Jaladis, rédacteur en chef adjoint
Réagir à cet article