Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

J-F Rial : Fram doit rester une marque populaire

Fram poursuivra-t-il la stratégie de montée en gamme souhaitée par son dernier patron Thierry Miremont. Pour Jean-François Rial, Pdg de Voyageurs du Monde, ce serait une grossière erreur.

Fram s’est installé depuis le 31 mars dernier dans une énième période de transition. 

En attendant la mise en place d’une gouvernance "plus pérenne", non issue d’un cabinet de redressement avec ordre de mission temporaire (comme c’était le cas avec l'ultime président du directoire Thierry Miremont), et l’arrivée d’une nouvelle équipe de direction "dans les prochains jours/semaines" comme l’a promis un communiqué, le TO va-t-il poursuivre la stratégie de montée en gamme initiée en septembre dernier?

Ne pas se couper la marque de son ADN

"Fram veut devenir un opérateur premium sur le mid-market. Autrement dit, nous voulons être le Jet tours d’hier, et certainement pas le Marmara d’aujourd’hui", avait déclaré à l’époque Thierry Miremont, une volonté traduite par la disparition des clubs Olé et des Frameco et aussi la recherche de partenariats de "qualité" comme celui qui vient d’être renforcé avec le groupe Air France.

"La nouvelle direction aura pour objectif de prolonger et d'intensifier la stratégie et le plan d'action initiés depuis plus d'un an avec un accent particulier mis sur la maitrise des coûts ", annonce aujourd’hui Fram.

"Le choix de ce positionnement premium, s’il était poursuivi, serait une erreur grossière", juge de son côté Jean-Francois Rial, Pdg du groupe Voyageurs du Monde.

"Fram est une marque fantastique, une marque populaire, qui porte ce positionnement dans son ADN. Vouloir l’en couper par une montée en gamme n’a pas de sens. Moderniser oui,  dé-ringardiser sans doute un peu, un travail qu’avaient entrepris Georges Colson et Marie-Christine Chaubet. Mais changer de positionnement, non! Je suis tombé de ma ma chaise au moment des déclarations de Thierry Miremont. Le côté populaire est le plus grand atout de la marque aujourd’hui".

Sus aux managers de transition

En attendant la nomination d’un nouveau président du directoire, Jean-François Rial fustige aussi le recours aux managers de transition, issus de cabinets de retournement, qui comme chez Fram ou Thomas Cook, ont pris les commandes.

"Je trouve insupportable le concept même de manager de transition. Ils sont chers, ne connaissent rien au métier. En situation d'urgence, il faut au contraire celui qui connaît le mieux l’entreprise et non un dirigeant extérieur, aussi intelligent soit-il, qui n'a pas le temps d'apprendre."

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique