Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Geoffrey Duval (OT des Etats-Unis) : « Je n’ai pas assez de mots pour remercier les pros »

Dans cette violente crise, il y a peut-être une opportunité à saisir : l’occasion sans précédent de faire prendre conscience aux voyageurs de la valeur ajoutée apportée par les TO et les agences, estime le président de l’Office de Tourisme des Etats-Unis, qui salue « le travail exceptionnel » accompli ces derniers jours.

Tous les voyageurs partis aux Etats-Unis par l’intermédiaire d’un tour-opérateur sont désormais rentrés chez eux. Un tour de force dans les conditions actuelles, souligne Geoffrey Duval, le président de l’Office de Tourisme des USA, également consultant pour Onspot. “Je tiens à saluer le travail exceptionnel des TO et des agences qui ont travaillé sans relâche, jour et nuit, à cause du décalage horaire”, insiste-t-il. Le travail a été parfaitement fait et tout le monde est rentré au bercail. Je n’ai pas assez de mots pour les remercier.”

A l’heure actuelle, plus aucune compagnie américaine ne vole vers ou depuis la France, précise Geoffrey Duval. Durant les quatre prochaines semaines, et sauf nouvelle évolution de la situation, Air France assurera trois vols par semaine vers New York (les mercredis, vendredis, dimanches) et aussi vers Los Angeles (les lundis, jeudis et samedis). Ce qui signifie qu’Air France est la seule option pour les voyageurs français encore présents aux Etat-Unis qui souhaitent rentrer dans l’Hexagone. Tous les consulats sont ouverts, assure par ailleurs Geoffrey Duval.

« J’espère que les pros vont surfer là-dessus quand tout ça sera fini »

Difficile en tout cas de savoir combien de ces voyageurs, qui ont organisé eux-même leur séjour, se trouvent encore sur place. “Ceux qui sont partis seuls rencontrent d’immenses difficultés”, regrette Geoffrey Duval. Dans cette profonde crise, il voit tout de même émerger un élément positif. “L’argument sera tout trouvé ces prochains mois face aux gens qui veulent se débrouiller seuls pour organiser leur voyage. Je n’aurai qu’un seul mot : corona. J’espère que les réseaux d’agences vont surfer là-dessus pour convaincre de leur valeur ajoutée quand tout ça sera fini.”

“L’épisode du volcan avait déjà montré cette faille, là, les faits sont clairs”, assène-t-il. Et pour ça, il a d’ailleurs une comparaison toute trouvée. “Quand les gens me disent qu’ils préfèrent se débrouiller par eux-mêmes, je leur demande comment ils font, quand leurs toilettes sont bouchées ? Est-ce qu’ils préfèrent laisser faire un professionnel, ou bien mettre les mains dans la m…. et que ça recommence, parce que ça ne sera pas fait correctement, ce qui finalement leur coûtera plus cher ? Moi je préfère faire appel à un plombier !” Quand on lui objecte la question du prix, l’argumentaire est aussi prêt à être dégainé. “Il y a quelques semaines, j’ai fait le client mystère en demandant des devis en agences pour un séjour de quinze jours dans l’Ouest américain, raconte-t-il. Par rapport à un site en ligne, il y avait environ 120 euros de différences. 120 euros ! Ca veut dire que passer par un professionnel coûte moins de dix euros par jour. Après, c’est certain, il faut que les professionnels du tourisme soient intelligents, et pas stupidement gourmands”, prévient-il.

« C’est une machine mondiale qu’il va falloir remettre en route »

Comment anticipe-t-il la reprise ? Nos destinations sont déjà dans l’après, elles se préparent”, assure le président de l’Office de Tourisme des Etats-Unis. Spécialement vis-à-vis du marché français. « C’est une manne économique très importante pour les Etats-Unis, car ce sont des repeaters, ils visitent les Etats-Unis entre trois et cinq fois. » « Nos destinations attendent de pouvoir appuyer sur le bouton, poursuit-il. Les budgets de communication et de promotion sont maintenus, et ça, c’est déjà une grande victoire. Mais il est vrai que c’est une machine mondiale qu’il va falloir remettre en route, tout va dépendre aussi de la situation économique et de la possibilité qu’auront les gens de partir en vacances cet été… En tout cas, nous, à l’OT, on sera là. On va attendre encore un peu avant de reprendre contact avec les pros pour préparer l’après. Pour le moment, après ce qu’ils ont vécu ces derniers jours, les pros sont fatigués.”

En 2019, les Etats-Unis qui ont attiré 1,84 million de Français, un résultat en hausse de 4,3% comparé à 2018. La France se situe ainsi dans le Top 10 des pays émetteurs, derrière la Grande-Bretagne et l’Allemagne au niveau européen.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique