Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Faute de mieux, Emirates se replie sur un A380 densifié

Bien décidée à offrir plus de sièges vers la France pour les vacances d’été, et ce malgré le refus de lui donner des droits de trafic supplémentaires, Emirates mise sur les A380 et l'augmentation de la capacité de ses appareils.

Alors qu’Emirates célèbre cette année les 25 ans de sa présence en France, la compagnie du Golfe continue de faire face à une demande en "constante augmentation et adapte sa stratégie afin d’y répondre au mieux", a-t-elle indiqué par un communiqué. Une formule polie pour dire que la compagnie basée à Dubaï commence à se sentir un peu  à l’étroit en France et aimerait augmenter ses capacités.

Or, depuis quelques temps, ça coince. En effet, la France refuse de lui accorder de nouveaux slots tant qu'un accord avec Bruxelles sur les conditions de concurrence, n’aura pas été trouvé.

Plus de 11 % d'augmentation en un an !

"Devant l’impossibilité d’obtenir des droits de trafic", Emirates a donc annoncé ce matin avoir choisi de positionner un A380 bi-classe de 615 sièges, dès le 1er juillet 2017, sur six de ses vingt vols hebdomadaires desservant Dubaï depuis Paris.

Elle augmentera ainsi la capacité de l’appareil de 98 places. "Au départ de Paris, Emirates proposera ainsi 10 928 sièges par semaine contre 10 340 auparavant, représentant une hausse de l’offre de 5,7%", indique le communiqué. Jamais un avion d'une aussi grande capacité ne s'était posé sur le tarmac de Roissy-Charles de Gaulle.

En mars dernier déjà, le transporteur émirati avait annoncé le lancement d’un l’A380 sur l’aéroport de Nice, à partir du 1er juillet. Avec ses 517 sièges, l’appareil permettra d'augmenter la capacité en passager de 44% sur la ligne Nice-Dubaï.

Au total, avec le passage à l'A380 sur Nice et le lancement del’A380 bi-classe sur Paris, Emirates augmente sa capacité totale de 11,5% depuis la France, "et continue son engagement sur le marché français", indique le communiqué.

Une guerre des droits de trafic

Mais l’arrivée de ces A380 est symptomatique de la bataille qui fait rage entre les compagnies du Golfe et les deux legacy européennes que sont Air France et Lufthansa.

Car la France et l'Allemagne sont désormais pratiquement les deux seuls pays européens qui ne disposent pas d'un accord de ciel ouvert avec les pays du Golfe. Et depuis 2011, la France n'a plus accordé de nouveaux droits à Emirates et Etihad.

"Les compagnies étrangères qui viennent sur notre sol faire concurrence à nos compagnies doivent respecter les mêmes règles. C’est la seule manière de protéger nos emplois, nos entreprises, nos aéroports et notre position de première puissance aérienne mondiale. À cet égard, les futurs accords doivent absolument prévoir une clause de concurrence loyale et de transparence financière, avec des mécanismes de contrôle mutuel ", avait déclaré en juin dernier Franck Proust, un député européen, membre de la commission des transports au Parlement européen, lors des négociations aériennes avec le Golfe et la Turquie.