Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

E-xperts

Face aux catastrophes climatiques qui s'abattent sur le pays, la dépression économique, désormais acquise pour 2009 selon l'Union européenne, la gronde sociale montante de la rue métropolitaine ou guadeloupéenne ; on se dit que la vie doit être plus belle dans la réalité virtuelle. Vous savez, ce monde numérisé, où les rues sont toujours bordées [...]

Face aux catastrophes climatiques qui s’abattent sur le pays, la dépression économique, désormais acquise pour 2009 selon l’Union européenne, la gronde sociale montante de la rue métropolitaine ou guadeloupéenne ; on se dit que la vie doit être plus belle dans la réalité virtuelle. Vous savez, ce monde numérisé, où les rues sont toujours bordées d’arbres centenaires, à l’ombre desquels se reposent de jeunes couples épanouis.

Dans cet univers à la Facebook, fait de badinages et d’amis minutes, évoluent les acteurs de l’e-tourisme, toujours souriants à force de bons résultats. Ah, se dit-on, quelle croissance fabuleuse vont-ils encore afficher en 2009, avec cette image de petits prix, si attractive en temps de crise ! Mais, non. Dans la vie.com, le doute s’installe aussi.

Comme cette économie chinoise qu’on dit prête à caler, avec seulement une dizaine de pourcents de croissance sur l’année (sic), les agences en ligne inspirent aujourd’hui le même commentaire alors qu’elles anticipent pour 2009 des progressions du même ordre. Ainsi, après des hausses de ventes de 20 % en 2008 selon la Fevad, on parle désormais de dos rond, d’incertitudes, de manque de visibilité, et même de cessation d’activité comme ce fut le cas récemment avec Monagence.com, Tousenfrance. com, Voyagechic.com (voir notre événement).

Sur le même sujet

Manquait la rentabilité, et peut-être quelques recettes, pour éviter le pire. Ces conseils, nous les donnons désormais chaque semaine avec le SMS de Level.com, destiné aux agences en ligne, mais aussi aux points de ventes physiques. En effet, chacun sent bien que la résistance à la crise passe aussi par une hybridation des modèles économiques les plus éprouvés, pour peu qu’elle soit bien maîtrisée.

D’où la nécessité de refaire confiance aux experts, du Net, de la profession, mais aussi d’ailleurs. Le Snav ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Lors de sa convention, il a donné tribune aux plus intelligibles comme Alexandre Adler ou Marc Touati, montrant une profession avide d’apprendre, pour s’en sortir.

Cédric NEAU
Rédacteur en chef adjoint

Réagir à cet article

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire