Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

E-tourisme : une banque d’affaires française s’implante en Asie

Cambon Partners ouvre un bureau à Beijing,  la capitale économique et politique de la Chine, afin d’accompagner ses clients en Asie.

Quel est le point commun entre Marco Vasco, VeryChic et Gekko ? Cambon Partners les a accompagnés lors de leur récente cession. Implantée à de Paris, Londres (2011) et San Francisco (2015), cette banque d’affaires française veut désormais profiter d’opportunités en terrain asiatique. D’où l’ouverture d’un bureau à Beijing avec trois analystes, symboliquement dévoilée dans le cadre de la conférence Phocuswright démarrant aujourd'hui même à Miami. Ce nouveau poste avancé asiatique est dirigé par Lin Xu, présentée comme une serial entrepreneuse spécialiste du e-travel. C’est une première étape dans l’accès direct au premier marché du monde. Cambon Partners envisage déjà d’ouvrir un bureau en Asie du sud-est d’ici deux ans, soit à Bangkok soit à Singapour.

Pour les sociétés mid market

Grâce à sa triple implantation Etats-Unis-Europe-Chine et son expertise dans le e-tourisme, Cambon Partners compte bien piloter des projets internationaux de transactions financières (levées de fonds, LBO, cessions, acquisitions).

"Avec notre implantation à Beijing, nous devenons la première banque d’affaires avec une vraie spécialité travel et hospitality, à l’échelle globale, pour les sociétés mid market", assure Morgann Lesné, associé. "Nous souhaitons devenir un acteur de référence auprès des entreprises européennes, de moins de 300 millions d’euros par an, qui désirent accueillir dans leur capital un partenaire chinois".

Pour Morgan Lesné, les investissements de HNA (Hilton, Tap Portugal, Pierre & Vacances, Aigle Azur…), Fosun (Club Med, Thomas Cook) et Jin Jiang (Louvre Hotels) préfigurent des prises de participation de groupes de l’Empire du milieu dans des sociétés européennes de plus petite taille. C'est ce qui motive sa volonté de prendre une place à part à l’ombre des Goldman Sachs, Rothschild et autres Lazard, les grands noms des M&A (merger and acquisitions).

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique