Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment Air France embarque dans le low cost long courrier

Low cost ou pas low cost : Air France joue sur les mots, mais s'engage clairement dans la voie du long-courrier économique. Avec 10 avions positionnés à moyen terme à Roissy-CDG.

Quatre mois après sa nomination comme PDG d’Air France- KLM, Jean-Marc Janaillac passe à l'offensive. Le patron de la compagnie a dévoilé, ce midi en conférence de presse, son plan stratégique pour les trois prochaines années. Baptisé "Trust Together", cet ambitieux programme compte restaurer la confiance et relancer le transporteur fragilisé par des troubles sociaux et la baisse de sa recette unitaire.

Le projet s'appelle "Boost"

Après la nomination hier de Franck Terner comme DG, en remplacement de Frédéric Gagey, Air France couve une nouvelle marque aux tarifs ultra serrés, spécialisée dans les vols longue distance. "Le nom du projet, et pas de la compagnie, c’est Boost", a expliqué Jean-Marc Janaillac ce midi.

Après avoir raté le virage du low cost en Europe, Air France ne veut plus perdre de temps, à l’heure où Norwegian et French Blue s’installent sur le long-courrier low cost, et de la concurrence croissante des compagnies du Golfe. Mais n'est-il pas déjà trop tard ? "Nous avons sous-estimé la vague du low cost", a souligné Zoran Jelkic, DG France d’Air France, lors du récent congrès des Entrepreneurs du Voyage. Norwegian, entre l’Europe et les Etats-Unis, c’est aussi gros que KLM !"

Seulement 10 avions d'ici 2020

Le groupe va donc créer sa nouvelle compagnie "compétitive" aux côtés d'Air France, pour le hub de Paris-Charles de Gaulle. Et ce sera surtout la réponse du groupe pour "lutter contre le développement des compagnies du Golfe dans des conditions contestables", a ajouté Jean-Marc Janaillac.

La compagnie aérienne devrait décoller en 2018, avec seulement 10 avions long-courriers d'ici 2020. Ses caractéristiques ? Il est question de 30% de lignes nouvellement créées, avec la réouverture de lignes fermées car non rentables, et le maintien de lignes menacées. Et ce, "sur des destinations business et loisirs". Le groupe évoque "une offre simple, moderne et innovante", "dont le positionnement ne sera clairement pas low cost", a insisté Jean-Marc Janaillac. Pourtant, les apparences sont trompeuses…

"Il était très attendu qu’on lance une compagnie low cost, avec des produits low cost. (…) Or là où Air France connaît les plus grandes difficultés sont les lignes sur lesquelles nous sommes en compétition avec les compagnies du Golfe". En partant de ce postulat, créer une "Transavia long courrier" n’a pas grâce à ses yeux. Des standards comparables à ceux d'Air France seraient préservés.

Avec des pilotes "volontaires" d'Air France

En termes de salariés, la nouvelle compagnie opérera avec des pilotes d'Air France sur la base du volontariat, "avec des règles d'utilisation adaptées à son positionnement concurrentiel", est-il sobrement indiqué. "Un effort est demandé aux pilotes pour le lancement de cette compagnie", a précisé le PDG. S'agissant du personnel navigant commercial, une filière spécifique sera mise en place. Le cadre social du projet Boost sera négocié avec les partenaires sociaux dans les prochaines semaines.

Les syndicats devraient être plus que vigilants aux conditions de travail, notamment de rémunération. Regagner la confiance des employés, et éviter de nouvelles grèves, n'est pas gagné d'avance si les salaires diminuent pour parvenir à resserrer les prix…

A terme, Air France-KLM prévoit une croissance "profitable" de l'activité long-courrier, comprise entre 2% et 3% par an jusqu'en 2020. A cet horizon, son chiffre d'affaires devrait atteindre 28 milliards d'euros, pour 100 millions de passagers transportés. Reste à savoir ce qu'il adviendra à cette échéance de Transavia, la filiale low cost du groupe sur les lignes européennes. "Nous simplierons les marques à compter de 2017", entre Transavia et Hop! Air France, promet son président.