Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Alix Philipon (APST) : « J’irai jusqu’au bout de mon mandat »… le dernier

Mandataire ad hoc, manager de transition, avenir de la caisse de garantie… Alix Philipon, présidente de l’APST, s’exprime sur tous ces sujets, dans une interview exclusive.

L’Echo touristique : madame la présidente, on vous reproche un certain silence. Pourquoi avoir choisi de nous répondre aujourd’hui ?

Alix Philipon : C’est vrai, on me reproche souvent mon silence. Certains parlent à tort et à travers, cela n’est pas mon cas. Je ne l’ai jamais fait. Les dossiers de l’APST et de ses adhérents sont confidentiels. Par ailleurs, les enjeux que représentent l’APST sont des missions nationales nécessitant des discussions et des arbitrages au plus haut niveau qui, par nature, sont confidentiels.

Quelle est la situation actuelle de la caisse de garantie ?

Alix Philipon : L’APST, connaît une période très difficile, aggravée par la crise liée au Covid-19 que personne ne pouvait prévoir il y a 15 mois.

Un administrateur « ad hoc » a été nommé par le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI). Quel va-t-être son rôle ?

Alix Philipon : Le mandataire ad hoc n’a pas été nommé par le CIRI. Je l’ai moi-même choisi et sa nomination a été acceptée par la présidente du tribunal Judiciaire de Paris puisque nous sommes une association. Le mandataire a été désigné le 25 janvier. Je regrette qu’il y ait des fuites au niveau de cette assistance s’agissant d’une mission qui est strictement confidentielle. Par ailleurs, je suis très heureuse de collaborer avec lui et son équipe

Des fuites semblent très régulières au sein de votre propre Conseil. Dans la situation actuelle de l’association, ne vaudrait-il pas mieux garder une certaine confidentialité ?

Alix Philipon : C’est effectivement une situation que je déplore. C’est inacceptable. La (ou les personnes) du bureau qui raconte tout ce que se dit lors de nos réunions contribuent à une situation anxiogène qui nuit à l’APST et à l’ensemble des adhérents. Cependant, je dois rendre des comptes au bureau et au conseil d’administration qui m’a élue. Cela sera fait en parfaite concertation avec le mandataire ad hoc.

Le manager de transition n’est pas encore nommé.

Un manager de transition devrait être chargé de mission au sein de l’APST. Pouvez-vous le confirmer et indiquer sa feuille de route ?

Alix Philipon : Le nom de Cédric Dugardin a été avancé, alors même qu’il n’est pas encore nommé… Le manager de transition, CRO en anglais, aura pour mission principale de m’aider à mettre en place des solutions pour gérer durablement les conséquences de la crise aux côtes des pouvoirs publics. Il exercera également des fonctions opérationnelles sous ma présidence et en lien avec le mandataire ad hoc.

D’un point de vue opérationnel, il gérera plusieurs dossiers : les candidats à la garantie – du fait de l’impossibilité pour le moment d’en délivrer de nouvelles -, les soucis des adhérents confrontés à l’urgence de la perte de garantie, la mise en place de contre-garanties adaptées à l’évolution des circonstances économiques liées à la pandémie, et la politique tarifaire à venir. La mise en place de cette politique tarifaire, en concertation avec les services de l’Etat, sera adaptée à l’évolution des circonstances économiques en s’appuyant sur les audits de trésorerie et le audits financiers qui demandent des compétences spécifiques en matière d’assurance.

Le rapprochement envisagé avec la MAIF est-il toujours d’actualité ?

Alix Philipon : Nous n’avons jamais rompu les discussions avec la MAIF. Nous les avons suspendues à notre demande.

Le manager de transition a-t-il le projet de procéder à une « réorganisation » de l’APST, éventuellement à recourir à une Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) ?

Alix Philipon : Il n’est absolument pas question d’un PSE, ni de départs d’aucune sorte!

Quel message pouvez-vous envoyer à vos adhérents qui semblent très inquiets de la situation ?

Alix Philipon : Nous travaillons tous pour trouver une solution permettant d’assurer la pérennité de l’association. En bonne intelligence et coordination avec les différents services de l’Etat – CIRI, DGE, DG Trésor et bien entendu le Cabinet et les services de Jean-Baptiste Lemoyne – ainsi que notre mandataire ad hoc. Je suis confiante.

Envisagez-vous de poursuivre votre mandat jusqu’à son terme ?

Alix Philipon : Oui, j’irai jusqu’au bout de mon mandat.

C’est donc votre dernier mandat ?

Alix Philipon : Mon mandat se termine lors de la prochaine Assemblée générale. Donc, cela aurait dû être au mois d’avril 2021. Cependant, je pense que cette Assemblée sera décalée jusqu’à ce que nous soyons en total ordre de marche. Mais je ne briguerai pas un nouveau mandat de présidente !

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique