Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : EdV, APST, à vos souhaits !

Traditionnelle soirée des vœux, conjointement organisée par les Entreprises du Voyage et l’APST. Ils sont venus, ils étaient tous là, attentifs aux bonnes paroles délivrées par les présidents des deux institutions.

Et comme la soirée était placée sous le signe de la sobriété, les discours ont été très… sobres !

Paul Mumtaz Teker, nouveau chef de l’APST, a démarré fort : « L’APST se porte bien et pour le reste, je n’ai rien de plus à vous dire. Nous avons des fonds propres et tout va bien. » Pour le reste, les « débats » restent « secrets ». Fermez le ban.

En revanche et malgré l’opposition stupide de Bercy, il est temps, comme ça se pratique chez nos voisins, de mettre en place cette « contribution voyageurs » afin de pérenniser la bonne santé de la caisse de garantie.

Nous n’en saurons pas plus, si ce n’est que, dorénavant il est quasi inutile de compter plus longtemps sur cette fameuse « réassurance publique », annoncée (mais n’était-ce pas simplement un effet ?) par Bercy à une époque déjà passée. J’en profite au passage pour m’étonner que l’APST ait mis tant de temps avant de radier certains personnages dont la réputation était connue de l’ensemble de la profession depuis longtemps.

Dominique Gobert, éditorialiste (DR:JP Leclerq)

Paul Mumtaz et Laurent (Abitbol, vice-président APST, ndDG), il est vraiment temps de faire du ménage, non pas avec un gentil plumeau mais avec un vilain et gros balai brosse !

Avec son habileté coutumière, Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage (EdV), ne sera pas plus prolixe que son camarade président. « Nous allons poursuivre notre accompagnement envers nos membres sur de vastes chantiers » comme la transition numérique et l’accompagnement « dans les pratiques de RES » (sic). Mais tout le monde aura compris qu’il s’agit de RSE. Même les meilleurs peuvent parfois fourcher dans le langage…

Néanmoins, le président Mas a quand même quelques idées qu’il compte mettre en œuvre avant de rendre son tablier à la fin de cette année.

Et c’est intéressant, ce qu’il a confié à L’Echo touristique lors d’un entretien récent. J’aime assez cette vision, que dis-je cette envie « positive » d’inscrire le secteur dans le futur. « Passer d’une phase défensive, celle du Covid, à une phase offensive avec des sujets clés : la digitalisation, la relation au travail, la prise en compte de la RSE et de l’éco-responsabilité ». Et de se préoccuper du « partage des richesses, avec si possible un accord d’intéressement dans les entreprises. D’où notre souhait de conclure un accord-cadre sur l’intéressement avec les organisations syndicales dont nous déplorons l’inertie ».

Tiens donc, inertie ? Roooh !

Je note au passage le message « sibyllin »’ lancé à notre nouvelle ministre Olivia Grégoire, lui demandant d’être « efficace » sur les perspectives d’évolution de la directive européenne sur les voyages à forfait. Ça, c’est loin d’être gagné ! Jean-Baptiste Lemoyne, notre ancien ministre venu en ami, s’est permis un très discret sourire.

A vos souhaits, si je puis m’exprimer ainsi !

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique