Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’Etat portugais menace de nationaliser la compagnie TAP Portugal

Un bras de ferme oppose le gouvernement portugais et les actionnaires privés de la compagnie aérienne.

Le gouvernement portugais a menacé mardi de nationaliser la compagnie aérienne TAP si ses actionnaires privés continuaient à refuser les conditions d’un prêt public pouvant atteindre 1,2 milliard d’euros pour renflouer l’entreprise.

« Nous sommes prêts à intervenir et à sauver l’entreprise. Nous ferons une intervention plus ferme si l’actionnaire privé continue de ne pas accepter les conditions de l’Etat », a déclaré le ministre des Infrastructures, Pedro Nuno Santos, devant une commission parlementaire.

La Commission européenne avait autorisé le 10 juin dernier l’Etat portugais à sauver la TAP, dont il détient 50% du capital, grâce à un prêt assorti d’un plan de restructuration et d’une augmentation du pouvoir de contrôle de la part de l’actionnaire public. « La proposition de l’Etat a été rejetée par le conseil d’administration », a annoncé Pedro Nuno Santos, sans expliquer sur quoi achoppaient les négociations.

45% des touristes arrivent au Portugal grâce à la TAP

Le principal actionnaire privé, l’homme d’affaires américain David Neeleman, avait assuré la veille dans un communiqué qu’il était prêt à accepter « les mesures de contrôle de l’utilisation de ce prêt ». Le ministre a ajouté que les négociations se poursuivaient dans le but de « trouver une issue à une situation négative pour tous, qui permette de garantir la paix et qui évite tout litige à l’avenir ».

La compagnie aérienne portugaise joue un rôle essentiel dans le secteur du tourisme, l’un des moteurs de l’économie portugaise. « Près de 90% de nos touristes arrivent par avion, la moitié par la TAP », a rappelé Pedro Nuno Santos soulignant que « ce serait un désastre économique de la perdre ».

A la mi-avril, le Premier ministre portugais Antonio Costa s’était dit déjà prêt à nationaliser la compagnie si c’était nécessaire pour éviter sa disparition. Privatisée à hauteur de 61% en 2015, la TAP a vu l’État portugais remonter en 2016 à 50% du capital. Le consortium privé Atlantic Gateway de David Neeleman détient une participation de 45%, et les 5% restants appartiennent aux salariés.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique