Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

A Lyon, un schéma touristique pour devenir la référence du tourisme durable

La métropole lyonnaise vient d’adopter un nouveau schéma touristique, destiné à accompagner la filière sur le chemin de la transformation. Entretien avec Virginie Carton, directrice générale de ONLYLYON Tourisme et congrès.

L’Echo touristique : La métropole de Lyon vient d’adopter son premier schéma de développement du tourisme responsable. Pourquoi prendre une telle initiative ?

Virginie Carton : La métropole lyonnaise travaille sur les questions de tourisme durable depuis de nombreuses années. En 2019, par exemple, Lyon a obtenu la distinction de première capitale européenne du « Smart Tourism », décernée par l’Union européenne. Candidater à ce prix nous a permis de faire un premier bilan sur ce qui existait et ce qu’il était possible d’améliorer sur notre territoire. Nous nous sommes également rapprochés du GDS Index, un classement international qui évalue, sur 150 critères, l’offre de tourisme responsable MICE d’une destination. En 2020, nous avons obtenu la note de 50/100. C’est une bonne note à l’échelle française, mais pas si on la compare aux villes du nord de l’Europe par exemple. En 2021, et après avoir retravaillé notre proposition, nous avons obtenu la note de 80/100, faisait ainsi de la métropole lyonnaise la première destination MICE durable de France. Entre temps, la pandémie est survenue…

C’est un élément qui a changé la donne ?

Virginie Carton : Ça nous a permis d’accélérer ce que nous avions entamé. La pandémie nous a offert une grande pause forcée, pendant laquelle nous avons pu réfléchir à ces questions. Parallèlement, le marché aussi repensait sa façon d’envisager les loisirs, en cherchant plus de local. On s’est dit qu’il était temps de s’emparer pleinement de ces sujets. Et c’est quelque chose qui a également facilité par la volonté de la nouvelle majorité écologiste de porter ces sujets. Le tourisme est essentiel à notre territoire, et c’est un sujet apolitique. Mais l’exécutif a décidé de faire du développement touristique durable l’une de ses priorités, et a donc dessiné ce nouveau schéma directeur.

Quel est son objectif ?

Virginie Carton : A court-terme, ce schéma permettra à Lyon de se positionner comme une référence en matière de tourisme responsable. C’est quelque chose qui permettra à la métropole de se différencier par rapport au marché, et de répondre aux attentes grandissantes de la clientèle en la matière. Mais, à terme, toutes les destinations ont intérêt à adopter une démarche de développement touristique durable. Nous travaillons d’ailleurs avec d’autres villes françaises, comme Bordeaux ou Marseille, ou européennes, pour échanger nos bonnes pratiques. Nous n’avons pas encore de problématiques liées au surtourisme, hormis dans certains endroits, comme les traboules de Lyon, et à certains moments. Mais nous devons réfléchir et agir dès maintenant sur la façon dont s’organisera le tourisme de notre métropole dans le futur. C’est le sens de l’évolution du tourisme. Et ce schéma est là pour accompagner les socio-professionnels du tourisme et les habitants de la métropole vers ce modèle plus cohérent.

En utilisant quels leviers ?

Virginie Carton : Le schéma est organisé autour de 4 axes principaux. D’abord, il doit permettre de renforcer la résilience du tourisme face aux crises, et renforcer les équilibres entre les destinations de la métropole. En tant qu’office de tourisme, nous pouvons agir sur ce levier de plusieurs façons. Le territoire ne dépend pas tellement de la clientèle étrangère (environ 25%), et l’équilibre entre le voyage d’affaires (60 à 65% de l’activité) et le loisir nous semble bon. Nous devons donc agir auprès des deux cibles. Nous avons par exemple organisé l’opération Rendez-vous en Train à Lyon en novembre dernier. Nous avons invité une trentaine d’acheteurs du loisir et de l’affaires 23 professionnels du tourisme de loisirs et d’affaires de 5 nationalités européennes venus de France, d’Espagne, d’Italie, de Suisse et Belgique, pour qu’ils puissent rencontrer les professionnels de la région qui portent une offre de tourisme responsable. C’est avec ce genre d’initiatives, et d’autres pensées pour les habitants de la métropole, qu’on rend le tourisme résilient.

Des initiatives à leur destination sont prévues dans le schéma ?

Virginie Carton : Nous avons déjà lancé plusieurs choses pour les habitants. Par exemple, nous avons créé la Lyon City Card 365, déclinaison des Lyon City Cards dédiées aux touristes. Totalement pensée pour les habitants de la métropole, elle est valable un an et leur permet d’avoir accès à 3 activités de la Lyon City Card classique et à une visite guidée menée par l’Office de tourisme. Nous avons également lancé un média, « A la lyonnaise », qui servira tant aux locaux qu’aux visiteurs de la métropole. C’est un guide, distribué gratuitement en français et en anglais dans les hôtels de la métropole, et disponible également sur Internet, qui recense les bons plans du moment, des animations, des propositions de visites et d’activités… C’est un guide qui permet, et c’est ce que tout le monde veut lorsqu’il voyage, de ne pas visiter Lyon et sa métropole comme un touriste.

Quels sont les autres axes de développement ?

Virginie Carton : Nous allons également favoriser les pratiques plus écologiques et plus vertueuses. Cela passe par exemple par l’aménagement de 250 kilomètres de voies cyclables à travers la métropole. C’est un équipement structurant, et qui sera aussi utile aux locaux qu’aux touristes, puisque Lyon se situe au carrefour de deux véloroutes. Dans cet esprit, nous aidons nos adhérents à décrocher le label « Accueil Vélo ». Et d’autres ! Nous avons remarqué que seuls 10% de nos adhérents hôteliers était labellisés pour leurs initiatives en matière de tourisme durable. Nous avons donc débloqué une enveloppe de 300 000 euros pour les accompagner dans la recherche de ces différents labels, des aides qu’ils pourraient obtenir, etc… ça n’est pas simple de transformer son modèle, et nous proposons d’accompagner nos adhérents. C’est dans le même esprit que nous avons élaboré une « to do list » pour organiser un événement MICE de la façon la plus responsable possible dans la métropole. A chaque étape clé du projet (transport, hébergement, activités…), nous identifions des prestataires que nous proposons ensuite aux clients du voyage d’affaires. Et les deux autres axes de développement concernent moins l’action de l’office de tourisme, puisqu’il s’agit d’actions envers l’attractivité des métiers du tourisme, et le développement d’un projet hôtelier solidaire appelé le Grand Barnum.

En 2019, le tourisme représentait 38 380 emplois, soit près de 6% du total des emplois de la métropole lyonnaise. Deuxième destination française d’accueil de congrès et de salons après Paris, Lyon et sa métropole ont généré 8,5 millions de nuitées marchandes la même année, dont 65 % sont liées au tourisme d’affaires.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique