Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Un siècle d’administration touristique

Si les autorités s’intéressent au tourisme depuis 100 ans, il faudra attendre1981 pour que le secteur soit reconnu économiquement.

La France et le tourisme vivent une longue histoire d’amour. Logique pour la première destination de la planète ! Notre pays s’est doté d’un Office national du tourisme dès 1910. Dix ans plus tard, le premier bureau Maison de la France ouvrait sur les Champs-Elysées, ainsi qu’un bureau à Londres. La première réglementation des professions touristiques a vu le jour en 1935, la licence en 1942.

Mais c’est en 1936, avec la loi sur les congés payés, que le tourisme s’impose à tous. Le premier sous-secrétaire d’Etat aux Loisirs est alors un certain Léo Lagrange. La décennie suivante verra naître la plupart des associations de tourisme social. Le Commissariat au tourisme, sous l’autorité du Premier ministre, est créé en 1962. C’est l’époque des grands programmes d’aménagement des littoraux et de la montagne. Le tourisme est alors rattaché au ministère des Travaux publics et des Transports, puis à celui de l’Equipement et de l’Aménagement du territoire. On doit les lois actuelles de protection du littoral et de la montagne aux excès de cette période. A partir des années 70, des formes plus douces de développement sont privilégiées. Le tourisme est rattaché aux ministères de la Qualité de la vie, de la Culture et de l’Environnement, puis de la Jeunesse et des Sports.

Toutefois, la reconnaissance économique du tourisme date de 1981, quand il est rattaché au ministère du Temps libre. La concurrence internationale devient alors farouche. Le GIE Maison de la France, chargé de la promotion du pays, naît en 1986 : il dépendra de la Direction des industries touristiques jusqu’à la création de la Direction du tourisme en 1993, rattachée au ministère de l’Equipement, des Transports et du Tourisme.

Une longévité nouvelle

Après une succession de ministres du Tourisme qui conserveront leur fauteuil de quelques mois à quelques années, la communiste Michelle Demessine s’installe aux commandes de 1997 à 2002, une longévité qui inaugure un nouveau rythme. Ainsi Léon Bertrand, nommé en 2002, est toujours aux manettes. Il sera même promu ministre délégué en 2004, rattaché au ministère de l’Equipement, des Transports, du Tourisme et de la Mer.

Ces dernières années ont été marquées notamment par un travail de refonte du Code du tourisme, qui concerne l’organisation et la vente des voyages et le cadre législatif qui les entourent. En revanche, quelques problèmes cruciaux du secteur, de la responsabilité des agences à la TVA, restent entiers.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique